Skip to content

Le silence des nuits d’été

Je suis en ce moment dans l’ouvrage de la romancière, nouvelliste et journaliste Adrienne Choquette (1915-1973), Le temps des villages (Notre-Dame des Laurentides, Les Presses laurentiennes, 1975). Petite fille, elle habitait Shawinigan-Sud, un village hors des bruits de la ville industrielle, au pied des chutes, le long du Saint-Maurice maintenant calme après avoir dévalé la pente de roc. «Almaville», disait-on, je crois. Lire la suite

Le Quiscale bronzé

Fort étrange qu’à ce jour, en 2 962 articles sur ce site, je n’ai jamais parlé du Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula, Common Grackle), ce grand oiseau au plumage noir à queue en forme de «V». Lire la suite

Pourquoi mépriser le travail agricole ?

Le 5 juillet 1889, dans un article non signé, l’hebdomadaire La Tribune (Saint-Hyacinthe), dans ce qui apparaîtrait être aujourd’hui la page consacrée à l’éditorial, veut valoriser le travail agricole. Lire la suite

Réflexions sur les épouvantails (Deuxième texte de deux)

Nous amorcions hier des réflexions de Jacques Lacarrière sur les épouvantails, qui lui sont venues lors de sa traversée en diagonale de la France, à pied, des Vosges au pays des Cathares. Lire la suite

Réflexions sur les épouvantails (premier texte de deux)

Jacques Lacarrière a traversé la France en diagonale, des Vosges au pays des Cathares. Mille kilomètres à pied. Je vous présentais l’ouvrage, il y a peu. Lire la suite

Quelques-uns de mes oiseaux de tous les temps

Lire la suite

Mon fils et les siens à Biddeford

La dernière semaine de mai, mon fils et sa famille ont passé deux jours de vacances dans le Maine et ont vu à Biddeford les grandes manufactures où tant de Québécoises et de Québécois ont travaillé au 19e siècle.

Rappelez-vous. Lire la suite

La Marmotte

La marmotte de l’est de l’Amérique du Nord (Marmota monax) n’est pas la marmotte européenne (Marmota marmotta), vivant davantage dans les montagnes. La marmotte d’ici ne répugne pas à demeurer dans la plaine. Lire la suite

Est-ce la fin de mes magnifiques Satyres ocellés ?

Je suis allé à plusieurs reprises aujourd’hui à l’emplacement où il se tiennent depuis un mois — une des entrées semi-ombragées du verger — et je n’ai aperçu que celui-ci, d’une belle couleur sable. Lire la suite

« Le poète »

Il s’en allait chaque matin par la ville, à la recherche des besognes qui devaient lui assurer la croûte du midi et la soupente du soir. […] Lire la suite