Skip to content

Articles de la catégorie ‘Insectes, Arachnides et Opillon’

Vous souvenez-vous de ces pochettes veinées laissées çà et là par l’araignée argyope aurentia ?

Ces pochettes contenaient chacune un espace gros comme un dé à coudre rempli d’œufs pour l’an 2020. Lire la suite

Nous versons, nous versons dans l’autre moitié de l’année

Dylan, il me semble, chantait « car le monde et les temps changent ». Et c’est bien ce qui se passe.

Quinze quiscales bronzés sont entrés. Souvent, d’ailleurs, ils rentrent par temps de pluie et de brume. Lire la suite

La mante religieuse

Qui dit mieux ?

Un imago le 5 mars ! De l’apercevoir si tôt rend tellement heureux.

Premier insecte à prendre son envol en 2020. Lire la suite

Un véritable cadeau que ce livre de haïkus

Je possède beaucoup d’ouvrages de haïkus, cette forme rythmée d’origine japonaise. La tradition veut que ces poèmes soient de trois vers, de 5, 7 et 5 syllabes.

Mais l’auteure de ce livre, l’enseignante et écrivaine Chantale Gingras, nous prévient qu’elle fait fi ici de ces calculs. Toutefois, ses haïkus obéissent à cette loi immuable : faire entrevoir le merveilleux tapi dans l’ordinaire. Lire la suite

En pleine tempête annoncée pour aujourd’hui, de 15 à 20 centimètres, même s’il fait beau soleil en ce moment sur ma ville

Mon fils m’écrit depuis la Provence :

Ici, c’est beau, 12- 13 degrés et grands vents. Les jonquilles sortent dans le bac à fleurs. Les amandiers sont en fleur aussi et j’ai croisé la route d’un bourdon il y a quelques jours.

De Jakob von Uexküll (1864-1944), biologiste et philosophe né en Estonie

Selon plusieurs, il fut le premier à développer le concept d’éthologie. Le voici, nous proposant une promenade. Lire la suite

La fleur d’hiver et la petite mouche

Les mois passent…

Et cette pochette veinée suspendue aux bardeaux de la maison tient bon. Lire la suite

Rappel de la mi-septembre

Il s’agit ici d’une des nombreuses pochettes créées à la mi-septembre par les araignées argyoptes aurentia.

À ce moment de l’année, elles abandonnent leur toile et chacune forme quelque part une pochette parfaitement imperméable, une bourse de soie où elle dépose ses œufs pour l’avenir, avant de mourir elle-même.

Ici, une araignée a imaginé la placer sur une branche de framboisier sauvage.

Sur cette pochette, voir aussi les billets suivants.