Skip to content

Articles de la catégorie ‘L’enfant, le jeune’

Jean Onimus, dans son ouvrage L’écartèlement

Quand son cœur se met à battre, l’homme le mieux robotisé retrouve un continent perdu — celui qu’explorait spontanément son enfance, celui que laissent affleurer parfois l’écho d’une musique, le passage d’un oiseau, le tintement d’un vers. Lire la suite

Tant de chemin parcouru depuis la fin des années 1970

Mais il en reste encore beaucoup à faire. Les événements que nous vivons en ce moment nous le disent.

Très humblement, je me permets de vous proposer un article que j’envoyais au journal Le Monde en 1979. Cela permet de prendre du recul.

Voici cet article. Lire la suite

Poèmes d’une écrivaine chinoise puisés dans un livre de paix (premier de deux billets)

L’écrivain, poète et calligraphe chinois, François Cheng, âgé de 90 ans, nous a offert en 1990, reparu en poche en 2002, un bien beau livre, Entre source et nuage, Voix de poètes dans la Chine d’hier et d’aujourd’hui.

Il s’arrête ici à Ping Hsin, née en 1902. Lire la suite

En 1976-1977, beaucoup de personnes s’arrêtèrent en ce lieu

Nous appelions l’endroit Le Pays de Nulle part.

Ayant une profusion de crayons de toutes sortes, nous tenions un journal de bord collectif. Chaque personne était absolument libre d’y laisser un mot, une phrase, une simple pensée, un texte plus long, un dessin, une recette de cuisine, etc., ce qui lui venait à l’esprit. Lire la suite

Parlons donc de l’état d’enfance qu’on peut vivre même jusqu’à l’âge adulte

Allons voir ce qu’en dit Abraham H. Maslow (1908-1970). Ce psychologue américain est l’auteur à la fin des années 1960 d’un des livres que l’on peut qualifier de sagesse alors, Toward a psychology of being, publiée 1968 et, en français, chez Fayard en 1972.

Dans la cadre de son travail, il utilise plutôt le terme de consultants et non de patients ou de clients. Lire la suite

La pandémie de 1957

Nous sommes à Trois-Rivières, en 1957 donc. Nous étions tellement heureux d’apprendre qu’une semaine après l’ouverture des classes, le séminaire Saint-Joseph, rue Laviolette, que je fréquentais, fermait ses portes. Lire la suite

Dans ma vie urbaine, sur ma rue

Deux gamins sont à combler la fenêtre avant de leur résidence.

Formidable cette caricature d’André-Philippe Côté faisant la première page de l’édition papier de ce jour du quotidien de Québec, Le Soleil

 

Cette première page a pour titre « Isolés, mais ensemble ».

Retour sur « Éclats » de l’écrivaine Chantale Gingras

Vous avez beaucoup aimé le premier billet. Plus de 200 personnes y ont accolé un « J’aime », voilà presqu’un mois. L’auteure travaille selon le mode japonais du haïku, très légèrement modifié. Lire la suite

Chez les corneilles, le jeune continue de suivre sa mère avec l’espoir d’être nourri

Les observer est passionnant La mère refuse de céder. Elle feint de ne pas entendre, détourne la tête, regarde le ciel, parfois lui répète que c’est assez, bref tout pour décourager le petit. Mais rien n’y fait. Lire la suite