Skip to content

Articles de la catégorie ‘Le chien’

Sans parole

Lire la suite

De La Patrie (Montréal), édition du 19 mai 1900

La grande lenteur du printemps à venir

Mais, hier, il faisait fort beau.

Le long des petites rivières, on ouvrait les chalets.

Dans les villages, on avait placé les chaises sur les galeries, en plein soleil. On recevait de la visite.

Dans une entrée, une jeune enfant s’essayait sur sa bicyclette dotée de deux petites roues supplémentaires pour l’empêcher de tomber. Lire la suite

À Sillery, en banlieue de Québec, gare à vos chiens !

Vous pourriez vous faire voler le vôtre.

Plusieurs personnes de cette localité se plaignent de la disparition de leurs chiens. Lire la suite

Pour les plus jeunes

Voir le quotidien montréalais La Presse, édition du 19 février 1898. Lire la suite

Vous arrive-t-il d’espérer une complice ?

En voici une. Immense écrivaine. Clarice Lispector. Elle va vous amener sur des terrains qui sont vôtres et dont vous n’osez confier la teneur à personne.

D’abord, n’hésitez pas si vous arrivez à mettre la main sur son Agua Viva, reconnu comme chef-d’œuvre dès sa parution en portugais en 1973. À Paris, [Éditions] des Femmes publiera le livre en 1980 en édition bilingue. Lire la suite

Des animaux au théâtre

Une info provenant de Paris. Lire la suite

Le langage des animaux

Pour la Noël, le quotidien français Libération vient de faire paraître un cahier spécial de 28 pages sur les animaux. Lire la suite

Il y a haïku et renku

Dans un renku, chaque maillon naît en réponse à celui qui l’a précédé, en même temps qu’il formule un peu obliquement une question à laquelle le suivant devra répondre à son tour.

Ainsi définit-on le renku sur le quatrième de couverture du livre de Francine Chicoine et Robert Melançon, Sur la table vitrée. Pendant plus de deux ans, madame Chicoine, à Baie-Comeau, et monsieur Melançon, à Montréal, s’échangent ainsi des maillons. Lire la suite

Pour une histoire du chien

Nous connaissons Matelot, le chien de Champlain, d’après DuCreux, Pilote, le patriotique chien de Lallemant, qui au temps de Maisonneuve, faisait la chasse aux féroces Iroquois, embusqués dans les buissons autour de Montréal ; les braves chiens de quart, les sentinelles incorruptibles des Dames Ursulines à Québec, immortalisée par la Mère de l’Incarnation. Lire la suite