Skip to content

Articles de la catégorie ‘La mort’

Cimetière de feuilles

Connaissez-vous le philosophe Vladimir Jankélévitch (1903-1985) ?

Je l’aime beaucoup. En voilà un que j’aurais bien aimé saluer un jour dans les rues de Paris.

Je viens d’attaquer son gros livre sur la mort, publié en poche. Et voilà que, dès le départ, ce sacripant voit un pont entre la mort et l’amour. Lire la suite

Le Jour des morts (2 novembre)

Une amie, archiviste de la ville de Québec à la retraite, a coutume en ce jour d’acheter dix roses blanches pour aller de cimetière en cimetière, fleurir la tombe de celles et ceux qu’elle aime. Lire la suite

Le refuge de la vie

Quand l’automne est venu, il est possible de constater que certaines plantes sont mortes à toutes fins utiles, mais que leur vie a trouvé refuge tout à leur sommet. Lire la suite

L’Halloween (31 octobre)

Il y eut un temps, lointain, où dans certaines communautés, leur jour de l’an était le 1er novembre. Lire la suite

Les bourdons mâles, sentant la fin venir, cherchent des endroits pour quitter

Une marche d’escalier, un bout de feuille, un caillou, que faire ?

Celui-ci, le bourdon le plus répandu dans le nord-est du continent, Bombus impatiens, ou Bourdon fébrile, marche sur la couverture laineuse du chat. Lire la suite

Puisqu’il faut bien mourir, où aimeriez-vous être à cet instant si vous étiez bourdon ?

Voyez le choix de celui-ci. Il s’agit du Bombus Impatiens, dit Bourdon fébrile. Il a confié la suite à une fleur, la Mauve. Lire la suite

Joyce Echaquan, son nom, âgée de 37 ans, de Manawan, au Québec

L’image, tirée de Facebook, apparaît sur le site internet de Radio-Canada le 29 septembre 2020.

De Jacques Tassin

La vie et la mort sont un réalité continue et indivisible.

Craindre la mort en luttant contre la périssabilité de notre corps, combattre notre part de sensible qui nous ramène à notre organicité, c’est déjà mourir.

Or les instants de pleine sensibilité au vivant sont des instants dont nous pourrions considérer, avec Goethe ou Bergson, qu’ils ne meurent jamais. Lire la suite

Le passage du raton laveur sur la galerie avant

Il se nourrit dans les grands champs de maïs aux alentours.

Mais celui-ci est peut-être décédé à son tour, car un autre jeune raton laveur s’est fait frappé par une voiture. Lire la suite