Skip to content

Voici quelqu’un de safre

En français québécois, quelqu’un de gourmand, de glouton est un «safre». M’est avis que c’est là un mot apporté de France dès le 17e siècle. Le Glossaire du Parler français du Canada (Québec, Presses de l’Université Laval, 1968) signale qu’on trouve le mot «safreté» pour gourmandise, gloutonnerie, safrerie, dans le Bas-Maine et la Normandie, en France bien sûr.

Dans Le Parler populaire des Canadiens français (Québec, Laflamme et Proulx, 1909), Narcisse-Eutrope Dionne affirme : «Safreté se disait jadis» pour gloutonnerie, gourmandise. Au mot «safre», il écrit : «Gourmand, glouton. L’Académie a rejeté safre en 1877», désignant sans doute par là l’Académie française.

Ma mère, au langage très coloré, à la parlure souvent riche et bien ancienne, échappait couramment le mot «safre». «Ne mangez donc pas comme des safres, les enfants !»

Selon mon ami Denys, l’expression pourrait remonter au Moyen Âge. Elle serait aujourd’hui une déformation de « manger comme un serf ».

10 commentaires Publier un commentaire
  1. alain gaudreault #

    Au lac st-jean ça sonne sarfe,mais ça doit etre la même chose.Quelqu’un avec une appétit hors de commun et ne pensant qu’a lui.

    30 mars 2014
  2. Jean Provencher #

    On se rapproche, on se rapproche. J’aime ces expressions québécoises venues des temps très anciens, qui sont un véritable patrimoine, préservé.

    Et puis oui, il y avait aussi cette notion de «Laissez-en pour les autres».

    30 mars 2014
  3. Laurent Lamontagne #

    J’habitais Ste-Foy vers le milieu des annees ’60, où j’avais 11 ou 12 ans. On disait saf, sans deuxieme syllabe, pour désigner un comportement niaiseux, ou un commentaire du même acabit…

    30 mars 2014
  4. Jean Provencher #

    Je ne connaissais pas cette expression, cher Monsieur Lamontagne.

    30 mars 2014
  5. Ode #

    Ta corneille me fait penser à Jeannot-la-corneille de Gabrielle Roy – Cet été qui chantait – .

    … Mon Jeannot était plutôt solitaire; le jour, il ne rejoignait guère sa parenté. Encore moins fraternisait-il avec les goélands assemblés en groupes compacts sur les rochers que le reflux de la marée avait découverts…

    … Que faisait mon Jeannot tout le jour ? Sans conteste, si le vent était propice, pas grand-chose autre que de se laisser bercer. Il pillait aussi un peu dans les jardins à droite et à gauche….

    ” Sarfe ” aussi la corneille de Gabrielle Roy. Que de poésie dans ce livre ! À lire et à relire !

    L’été de cette lecture, j’ai appris à aimer les corneilles !

    5 avril 2014
  6. Jean Provencher #

    Ô, chère Ode, il va falloir que je m’y mette alors. Je ne connais pas cet ouvrage de Gabrielle Roy. À 83 ans, ridée, ravinée, fort belle, je la voyais lentement marcher rue Cartier à Québec. Mais jamais n’ai-je osé y parler.

    5 avril 2014
  7. Ode #

    Une lecture qui pourrait faire chanter ton été à la campagne!

    Peut-être y croiseras-tu un Monsieur Tong toi aussi ou encore Les vaches d’Aimé ! Il y Danse Moufette qui ferait un beau lien avec une dernière chronique fort appréciée. En passant par La Messe des hirondelles ou La nuit des lucioles….

    Écoute, c’est à déguster !!!!!

    5 avril 2014
  8. Jean Provencher #

    Merci encore !

    5 avril 2014
  9. Léo LeBlanc #

    Monsieur Laurent Lamontagne.

    Nous autre aussi, à Saint-Wenceslas nos parents parlaient de «SAF».

    8 avril 2014

Trackbacks & Pingbacks

  1. Elle ne se corrige pas | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS