Skip to content

De l’écrivain et journaliste Gilles Constantineau (1933-1985)

Ballade de tous les temps

 

On ne la vit qu’un soir riant sous la pluie,

à petits seins déployés sous la laine.

 

Son royaume était de ce monde, animé de

poussières et d’humbles amitiés, très nu,

très intime, très doux. Son royaume animait

un million de poussières.

 

On la vit sous la pluie rieuse et sérieuse,

le soleil lui battant le cœur sous la laine

le rythme des amours qui sucraient son

haleine et se répercutaient au bout de

chaque veine.

 

La poésie québécoise contemporaine (nouvelle édition), Anthologie présentée par Jean Royer, Montréal/Paris, L’hexagone/La Découverte, 1987, p. 71.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Ariel Marinie #

    Il faut aussi se rappeler le très joli recueil de poèmes “La pêche tous vêtements” de Gilles Constantineau, homme tourmenté et fascinant qui m’a fait faire mes débuts dans la presse (Le Soleil de Québec) alors que j’étais toute jeune immigrante au Canada en 1973.

    25 novembre 2021
  2. Jean Provencher #

    Merci beaucoup !

    25 novembre 2021

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS