Skip to content

Du grand Jacques Prévert (1900-1977)

Silence de vie

 Je ne veux rien apprendre

Je ne veux rien comprendre

ni retenir

de morte voix

Je ne veux plus entendre

ce vacarme sourd et muet

de phrases et de chiffres

de nombres et d’idées

Depuis longtemps déjà

et même en se taisant

la vie chante avec moi

quelque chose de beau

Je n’entends pas votre langage

Je refuse un autre cerveau

dit l’enfant

L’enfant sauvage.

 

Jacques Prévert un poète (Folio junior), Paris, Gallimard, 1980, p. 135.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Un lecteur assidu #

    Début des années 60, on arrive à Québec, plus précisément àSainte-Foy.

    Je suis adolescent.

    Je découvre la Capitale, le cinéma Empire, la librairie Garneau avec ses planchers de bois qui craquent et une odeur envoûtante.

    Des livres, plein de livres.

    Je me pense à Paris !

    Je flotte, sans la prise d’hallucinogènes !

    Je bouquine.

    Je ” tombe ” par hasard sur un bouquin, format livre de poche, d’un dénommé Jacques Prévert.

    De la poésie.

    Je l’achète, le lit, m’en délèque.

    Je ne l’ai jamais oublié; j’ai souvent souhaiter le prêter mais n’ai jamais réussi à le retrouver parmi les milliers de bouquins pilés dans plusieurs pièces de la maison.

    Souhaitez-moi de le retrouver avant mon départ pour ” l’habit delà ” , pour pouvoir le donner à quelqu’un qui saura l’apprécier autant que ce. le fût pour moi.

    14 janvier 2020
  2. Jean Provencher #

    Merci beaucoup, lecteur assidu. Bien sûr, je vous souhaite de retrouver cet ouvrage et d’en faire cadeau à qui vous aimez pour la suite du monde.
    Chez moi, j’ai à peu près tout Prévert, même son ouvrage post mortem, préparé par son épouse et un ami, des documents qui n’avaient jamais été publiés.
    Je vais vous dire, je rêve d’aller un jour le saluer dans le cimetière d’Omonvile-la-Petite,. en Normandie.

    14 janvier 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS