Skip to content

L’oiseau qui n’arrive pas à cacher son étonnement

J’aime beaucoup.

Sa vie est étonnement, chanceux qu’il est.

Vous aurez reconnu le quiscale bronzé.

P.S. J’ai une amie qui voilà bien longtemps a fait sa thèse de maîtrise sur l’étonnement. Je crois qu’elle aurait bien aimé causé un brin avec cet oiseau.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Salut Jean,

    Moi aussi cet oiseau m’intrigue. L’été, au couchant du soleil, ils passent en trombe au dessus de la maison pour rejoindre, sans doute, un lieu de rassemblement pour la nuit. Les reflets de son cou me fascinent. Mais ma blonde le déteste, trop envahissant à son goût.

    Je me demande en quelle discipline ton amie a fait cette thèse sur l’étonnement. Juste hier, j’ai lu ceci dans Fictions de J. L. Borges: ” Les métaphysiciens de Tlön ne cherchent pas la vérité ni même la vraisemblance : ils cherchent l’étonnement.”

    Hey bien, n’est-ce pas?

    1 avril 2020
  2. Jean Provencher #

    En fait, Louis, mon amie, dont la thèse de maîtrise a porté sur l’étonnement, étudiait en philosophie.

    1 avril 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS