Skip to content

Voilà un livre fort étonnant

Imaginé par l’écrivain, poète et folkloriste Sayd Bahodine Majrouh (1928-1988). Héritier d’Omar Khayyâm, il fut assassiné à Peshawar, au Pakistan. Ici, il donne la parole aux femmes pashtounes des vallées afghanes et des camps de réfugiés du Pakistan. Le quatrième de couverture parle de chants improvisés d’une extrême intensité, d’une foudroyante violence.

« Cette forme poétique limitée à deux vers compose en fait un instantané d’émotion, à peine plus qu’un cri, une fureur, un coup de dague entre les épaules. D’où le nom de landay qui les désigne et qui signifie : « le bref ». […] Privée de toute liberté, brimée dans ses désirs et son corps, la femme pashtoune n’a d’autre échappée possible que le suicide ou le chant… »

La première moitié du livre contient un certain nombre de landays collectés qui révèlent des traits de la femme pashtoune « d’avant le mois d’avril 1978, d’avant les ruines, les meurtres et la terreur ».

Voyez.

 

Tu t’étais caché derrière la porte,

Moi je massais mes seins nus, et tu m’as entrevue.

 

Ô printemps ! Les grenadiers sont en fleur.

De mon jardin, je garderai pour mon lointain amant les grenades de mes seins.

 

Prends-moi d’abord en tes bras, serre-moi,

Après seulement tu pourras te lier à mes cuisses de velours.

 

Embrasse-moi au vif éclat de lune,

Dans nos coutumes, c’est en pleine lumière que nous donnons notre bouche.

 

Viens et sois une fleur sur ma poitrine

Pour que je puisse chaque matin te rafraîchir d’un éclat de rire.

 

Ô mon amour par-delà les montagnes, contemple la lune

Et tu me verras qui attend, debout sur le toit.

 

J’ai fait un lit de ma poitrine

Et mon amant fourbu suit un long chemin jusqu’à moi.

 

Viens vite, mon amour, que je te donne ma bouche !

Cette nuit je t’ai vu mort en songe, et suis devenue folle.

 

À l’instant tu serais tas de cendres

Si je jetais sur toi mon regard enivré.

 

Écarte la sombre frange de mon front, embrasse mon grain de beauté,

C’est un fruit du paradis, un porte-bonheur pour la vie.

 

Passe doucement ta main dans le creux de mes manches,

Déjà les grenades de Kandahar ont fleuri, déjà elles ont mûri.

 

Mon pantalon couleur de feu glisse sur mes cuisses,

Mon cœur me dit que tu seras là ce soir, ou demain.

 

Près des fleurs mon amant se repose

Avec sur lui la rosée de mes plus doux baisers.

 

Rassemble du bois, fais un grand feu !

Car j’ai coutume de me donner en pleine lumière.

 

J’avais des bracelets, je ne les ai pas mis.

Désormais je rejoins mon amant sans parures, les bras nus.

 

Sayd Bahodine Majrouh, Le suicide et le chant, Poésie populaire des femmes pashtounes, traduit du pashtou, adapté et présenté par André Velter et l’auteur, Paris, Gallimard nrf, 1994. Dans la série Connaissance de l’Orient.

Un commentaire Publier un commentaire
  1. Esther #

    Comme c’est beau, intense, sensuel et poétique à la fois… Ça éclate de partout tout en possédant une sorte de retenue…
    J’ajouterais “étonnant”, au su de la vie de ces femmes en nos années actuelles.
    J’ajouterais aussi que je ressens ensuite une immense tristesse, pensant à tout ce qu’elles doivent supporter, combien elles sont encore réprimées, étouffées, cachées, sans parole ou presque…

    24 juillet 2017

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS