Skip to content

Photographie de 1976 prise au Pays de nulle part

Mon cher frère Luc me fait parvenir cette belle image. J’étais absent alors de la maison de campagne La photographie est sans doute de Jean-Pierre Daigle qui aimait beaucoup travailler en sépia. Marc-André Le Tourneux est à la guitare et Jocelyn Carignan à la ruine-babines.

Ces gens, de 8, 9 et 10 ans plus jeunes que moi, sont les miens. Il nous fallait, soudain, inventer nos vies. Luc, mon frère, me les a fait découvrir et beaucoup d’entre eux touchaient à la musique. En février 1977, Jocelyn, devenu pour moi un ami bien cher, fonde avec deux copains le café L’Octave à Trois-Rivières, rue Saint-Roch, près de la rue Royale. Petit resto tout simple, avec, bien sûr, musique à l’occasion. En 1984, le Zénob, un café-bar littéraire prend la relève de L’Octave après sa fermeture.

Jocelyn écrit des textes d’ailleurs qui y sont joués. Au décès de son père Lucien, il hérite de la maison de Champlain. Devant la résidence, du côté du fleuve se trouve une baisseur, non cultivable, en partie couverte d’eaux marécageuses, et un chalet rouge qui ne paie pas de mine abandonné depuis quelques années.

Joce et des copains s’y mettent. Et voilà qu’ouvre le café Foin Fou le 21 juin 2001. Jocelyn fermera l’endroit le 31 mars 2009, n’en pouvant plus, ayant subi une agression par deux voleurs, un soir qu’il s’apprêtait à gagner la maison.

Et lundi soir, le 30 juin dernier, j’apprenais son décès, survenu une année plus tôt, le 20 juin 2013 à l’âge de 62 ans. Quel choc !

Les beaux enfants meurent bien jeunes.

Salut, vieux Joce !

Photographe professionnel, Marc-André Le Tourneux vit, il me semble bien, dans la région de Montréal. Bien que les deux Photomalt.com ne sont pas signés, je soupçonne Marc-André d’en être l’auteur. La seconde et la troisième images montrent l’urne où furent mélangées les cendres de Joce et de son père.

 

Les quatre images ci-jointes sont extraites du premier Photomalt.

Le second regroupe des photographies prises au Foin Fou le jour d’août de l’an passé où on rendait hommage à Joce.

Bravo Marc-André pour cette galerie sur notre si cher Joce ! Geste important pour la suite du monde. Il ne faut pas que Joce soit oublié.

Joce

 

 

 

 

 

 

3 commentaires Publier un commentaire
  1. Esther #

    Après avoir lu et relu votre texte pour ne rien perdre ni mélanger(beaucoup de noms, d’endroits, de dates), j’ai regardé les photos… même si je ne connais aucune de ces personnes. Effet de nostalgie et de… comment dire… le temps qui passe si vite, trop vite. Les amis de jeunesse qui s’éparpillent, qu’on perd parfois(souvent) de vue, le corps qui change et parfois(toujours !) se déglingue, le style et le rythme de vie aussi… Pas d’amertume, simplement une pause qui se fait soudainement dans l’esprit, petite bouffée d’émotions. Puis on relativise, on revient au présent, on sourit… Et la Vie, c’est par en avant, tant qu’on est vivants.

    14 juillet 2014
  2. Jean Provencher #

    Merci, chère Esther, merci beaucoup.

    14 juillet 2014

Trackbacks & Pingbacks

  1. Mon ami Denis vient de partir à l’instant | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS