Skip to content

Dans les blés de nos champs

À la campagne, l’heure commence à être au bilan. Le 29 août 1907, voici celui qu’en fait le journal La Presse. Manifestement, à certains endroits, ça aurait pu être mieux; ailleurs, la saison ne sera pas si mal. C’est selon. À l’occasion d’un article intitulé Dans les blés de nos champs, accompagnons les correspondants du quotidien dans diverses municipalités.

Nous voici d’abord aux Piles, en Mauricie. L’état général des récoltes, aux Piles, est satisfaisant. La fenaison n’est pas encore terminée, à cause de la mauvaise température que nous avons eue ces jours derniers. Le rendement est bon. L’avoine est très belle; les autres grains, quoique moins cultivés, promettent bien. Il a gelé, mardi, et les légumes ont passablement été endommagés. Il est à espérer que nous aurons encore de beaux jours, afin que tout soit récolté en bon état.

Dans les Cantons de l’Est. On nous annonce que dans plusieurs endroits des Cantons de l’est, surtout dans les régions basses, une assez forte gelée s’est fait sentir, principalement aux environs de Richmond. Les légumes, tels que concombres, tomates, etc., en ont été fortement affectés. Il y a plusieurs années que la gelée, à pareille date, ne s’est fait sentir avec autant de force et il est à espérer que nous n’en souffrions plus d’ici quelque temps encore, car elle causerait des dommages considérables.

À Notre-Dame-de-la-Paix. La récolte de foin est maintenant finie et nous pouvons dire qu’elle a été assez bonne en général. Mais la récolte d’avoine, qui avait très bonne apparence, est tout à fait ruinée par les sauterelles. Il y a des pièces qui sont complètement détruites. Les cultivateurs ont commencé à couper leur grain, qui est encore vert. Plusieurs d’entre eux me disent que leur grain ne pourra être battu. Le blé est bon; le sarrasin, nul; les patates étaient belles, mais la rouille a fait de grands ravages dans les jardins. Les sauterelles ont ruiné les choux, les oignons, les carottes et les betteraves. Érigée en 1902, la paroisse de Notre-Dame-de-la-Paix se trouve à 20 km au nord de Montebello.

À Deschambault. Les foins sont terminés. La température a été très favorable depuis trois semaines. Les cultivateurs sont agréablement surpris de voir l’abondance du foin, cette année. Les récoltes sont à la veille de commencer. La grain est aussi de très belle venue, les jardinages sont beaux, généralement.

À Saint-Simon. La récolte de foin n’est pas encore très avancée à cause de la mauvaise température que nous avons depuis le commencement de l’été. Le foin est en grande quantité. Les champs de grains sont très beaux à voir, les cultivateurs comptent cette année sur une moisson abondante.

À Trois-Rivières. Mardi, les cultivateurs des campagnes environnantes ont salué, avec bonheur, le retour du beau temps, car, avec les pluies torrentielles que nous avons eues depuis samedi midi, ils commençaient à avoir des craintes pour le foin et le grain qu’ils avaient fauchés, en quantité considérable.

À Sainte-Agathe de Lotbinière. Les conditions climatériques sont très propices à la récolte, cette année. Le foin est en abondance. Les grains annoncent bien aussi; cependant il faudra se hâter de tout engranger, car les sauterelles pourraient causer quelques dommages.

À Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Le foin est en abondance, et les grains promettent beaucoup à certains endroits. Les patates sont plus belles qu’on ne s’y attendait.

Nous le voyons, dans le monde de l’agriculture, les conditions du milieu font que les pays québécois sont divers. À noter que la récolte de l’avoine préoccupe les populations, car c’est la nourriture première des chevaux.

Source de l’illustration : Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Québec, Éditeur officiel du Québec.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Je viens de vous découvrir sur le web . Je pars en lecture… J’aimerais vous faire partager un autre passionné : http://potagersdantan.wordpress.com/. Le site est bien fait, les articles plus qu’intéressants et vous vous rejoignez dans cette passion du passé et de la nature.

    Mais peut-être le connaissez-vous déjà?

    Katy Létourneau, “sentinelle colibris” de Rimouski

    1 septembre 2011
  2. Jean Provencher #

    Merci à vous, chère Katy. Je ne connais pas ce site, je vais y courir de ce pas. Et bienvenue ici, nous y sommes ensemble à partager beaucoup..

    1 septembre 2011
  3. Jean Provencher #

    Un premier coup d’œil, chère Katy, me fait dire «Que c’est riche !» Et je retrouve le patrimoine génétique animal, j’en traitais dans une publication en 1984, Le Patrimoine agricole et horticole du Québec. Et je retrouve cette vieille variété, la Bourassa. Je vais y passer et repasser plusieurs minutes. Merci encore.

    1 septembre 2011
  4. Jean Provencher #

    D’ailleurs, Katy, vous verrez que dans la section Nature du site, il y a une sous-section «Les bovins» dans laquelle n’apparaît encore aucun article pour l’instant. C’est que j’ai déjà prévu le coup, j’y parlerai sûrement de la vache canadienne.

    1 septembre 2011

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS