Skip to content

À Vous qui aimez les oiseaux, ayez l’œil ouvert !

Je reçois beaucoup de commentaires sur la présence du Passerin indigo (Passerina cyanea, Indigo Bunting), dont certains sur mon site internet. Voir les commentaires attachés à ce billet.

Il aime le chardon noir, en particulier, mais aussi le tournesol noir à l’occasion.

Je me demande sérieusement si nous ne vivons pas en ce moment une grosse saison pour cet oiseau magnifique.

Je ne l’ai pas vu encore chez moi cette année.

À vous qui aimez cet oiseau, voici ce qu’en dit le tout dernier atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional publié il y a quelques mois. Olivier Barden est l’auteur du texte à son sujet.

D’entrée de jeu, l’oiseau est résumé en trois formules : Nicheur migrateur peu commun, Aire en extension, et Effectifs en augmentation. Ça annonce bien. Extraits.

« La répartition du Passerin indigo englobe les Basses-terres du Saint-Laurent ainsi que le sud des Appalaches [!], des Laurentides méridionales et des Basses-terres de l’Abitibi. […]

« Le Passerin indigo niche le plus souvent dans les milieux arbustifs ou de lisière : haies, emprises de lignes électriques, bordures de routes et de champs en friche sont autant d’endroits où on peut le trouver. Au Québec, c’est dans l’ouest de son aire que son abondance relative est la plus forte ; il est nombreux en Outaouais et sur la frange sud des Laurentides méridionales, où il affectionne les substrats rocheux parsemés de chênes et les clairières au sein des forêts de feuillus mature. […]

« Depuis l’époque du dernier atlas [1995], le Passerin indigo a étendu son aire de répartition dans le Québec méridional. En tout et partout, il a été détecté dans deux fois plus de parcelles cette fois-ci. […] Dans son fief de la plaine du Saint-Laurent, la probabilité d’observer l’espèce a augmenté de près de 75%. […]

« Bien que la progression du Passerin indigo soit indéniable, ses causes exactes restent mystérieuses. […] Au vu de ce qui précède, il apparaît difficile de prédire si l’oiseau bleu verra la croissance de ses populations se poursuivre dans les prochaines décennies. »

 

Référence à l’atlas de 2019 : Barden, Olivier, « Passerin indigo », p. 586, dans Deuxième atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional (M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A. R. Couturier, dir.) Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et changement climatique Canada), et Études d’oiseaux Canada, Montréal, 2019.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Line Gauthier #

    Bonjour j ai observé le passerin indigo le 22 mai 2020 à 13h55. Il était dans la mangeoire à chardon.
    J’habite sur le bord du lac Huron dans la municipalité
    Du Lac aux sables G0X 1M0.
    Après avoir lu sur le passer indigo, vu sa rareté, j ai cru bon de vous écrire.

    Line

    24 mai 2020
  2. Jean Provencher #

    Vous avez bien fait, chère Madame Gauthier. Merci beaucoup !

    24 mai 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS