Skip to content

Questions

Serions-nous enfermés

dans un décor de carton-pâte

qui fait que nous en sommes réduits

à piétiner ?

 

Qui criera à créer ?

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Je me permets de citer Baudrillard et une réflexion sur celui-ci :

    “La simulation se veut l’expérience du réel à travers ce qui nous en est rapporté (soit l’essentiel de l’expérience du réel tel que la vit un sujet contemporain), le simulacre en étant la représentation figurée (l’objet, l’image). Selon Baudrillard, les sociétés se sont à ce point reposées sur ces simulations, se sont à ce point constituées sur la base de ces signes de la réalité, qu’elles en ont perdu le contact avec le monde réel. Le simulacre, d’abord reconnu comme représentation du réel, s’est vu multiplié, systématisé par l’avènement industriel, contribuant à brouiller les repères entre l’image et ce qu’elle représente (ce qu’elle simule), jusqu’à ce que, » dans la société post-moderne, le simulacre ne finisse par précéder et déterminer le réel. »

    » Il ne s’agit plus d’imitation, ni de redoublement, ni même de parodie, mais d’une substitution au réel des signes du réel, c’est-à-dire d’une opération de dissuasion de tout processus réel par son double opératoire, machine signalétique métastable, programmatique, impeccable, qui offre tous les signes du réel et en court-circuite toutes les péripéties. » (Jean Baudrillard. Simulacres et Simulation – Galilée 1981)”

    Source: http://www.psy-luxeuil.fr/article-le-monde-moderne-dans-le-piege-de-l-hyper-realite-121268703.html

    30 août 2018
  2. Jean Provencher #

    J’aime. Si nous l’étions, nous ne sommes plus dans l’authenticité. Nous nous sommes donné des simulations qui s’apparentent au réel et nous nous croyons alors dans le réel, alors que nous vivons dans du carton-pâte, sorte de décors de théâtre.

    Je trouve que la présente campagne électorale québécoise en est un bel exemple. Tous les partis politiques, bien qu’ils aimeraient arriver à nous en convaincre, ne sont pas là où l’on aimerait « authenticité »… et « qualité », ils sont à côté complètement. Ils nous font vivre du théâtre collectivement, avec quelque chose de faux dans tout cela.

    Le texte de ta référence est fort en titi.

    30 août 2018

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS