Skip to content

Le Quiscale bronzé

Fort étrange qu’à ce jour, en 2 962 articles sur ce site, je n’ai jamais parlé du Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula, Common Grackle), ce grand oiseau au plumage noir à queue en forme de «V». Quand même. Et voilà un autre oiseau qui ne portait pas le nom qu’on lui donne aujourd’hui. On l’appelait Mainate pourpre, puis Mainate bronzé. Tour d’horizon de ce qu’en disent nos ornithologues.

Dans Ornithologie du Canada (1861), James M. Lemoine écrit : Le Mainate pourpre ne justifie pas en Canada la mauvaise réputation qu’il a dans le sud des États-Unis. Là, on le considère comme un insigne larron, un voleur de jeune maïs et de blé : larcins qu’il expie souvent avec sa vie. Au printemps, il rend un service inestimable à l’agriculture en dévorant les hordes innombrables de parasites destructeurs, de larves, et de chenilles, comme pour compenser les dégâts qu’il causera plus tard. C’est un fort bel oiseau, facile à apprivoiser et doué de chant. […] Les rayons du soleil ont un superbe effet sur son plumage lustré et noir comme l’ébène; à certains rayons d’incidence, le bronze cuivré est remplacé par un azur brillant, auquel succédera du saphire lequel se fondera en vert d’émeraude. Pendant ce temps, l’oiseau étendra sa queue, baissera les ailes, enflera sa gorge et fera sonner son cri d’appel pour attirer l’attention des oiseaux qui passent au vol dans les environs. […] La chair de cet oiseau est sèche, coriace et manque de saveur, comme celle de la Corneille. On rencontre ce Mainate pendant l’été, dans des régions fort septentrionales.

En 1883, dans son petit livre Les Oiseaux du Canada, Charles-Eusèbe Dionne affirme qu’il porte le nom populaire d’Étourneau aux ailes bronzées. «Ce bel oiseau se voit par bandes au printemps et à l’automne. Il va couver vers le nord et place son nid sur des arbrisseaux qui croissent dans les marais. Sa ponte est de 5 œufs bleu tendre avec taches brunes.»

L’ornithologue Dionne, dans Les Oiseaux de la Province de Québec (1906), écrit : «Il vit de grain, de graines, souvent nuisibles, de chenilles et autres larves de divers insectes, d’écrevisses, de cerises sauvages, etc.»

L’oiseau continue à avoir bonne réputation auprès de P. A. Taverner, Les Oiseaux de l’Est du Canada (1920). «Avec ses couleurs métalliques et ses yeux jaunes, c’est un oiseau magnifique et d’un éclat frappant. Il se pavane sur le gazon avec une affection comique et des gestes bizarres pendant qu’il laisse entendre ses accents plutôt discordants.»

Claude Mélançon, dans Charmants Voisins (1940), est sans pitié pour le «Ménate bronzé», qu’on appellerait, selon lui, Étourneau au Québec. «Cette concession faite [l’amour de ses petits], le Ménate demeure un assez vilain personnage. De plus, il est sans grâce, sans voix et sans finesse, dépourvu même du petit charme canaille qui rend parfois indulgent à l’égard de la Corneille. Il vaut mieux ne pas parler des sons qui sortent de son gosier rouillé. Des saxophones jouant sans mesure, sans rythme et sans thème peuvent seuls produire un ensemble aussi désagréable qu’un chœur de Ménates. En vol, aucune souplesse. Il se déplace avec la rigidité d’un avion-jouet. Mais l’habitude de vivre en troupe l’a discipliné. Il garde son rang dans le voilier et manœuvre avec la précision d’un grenadier allemand. Ce n’est pas la seule affinité avec la soldatesque. Voyez-le se promener sur nos pelouses ! Son pas est raide, son port insolent. Il traîne sa queue comme un sabre. Il donne l’impression d’être en pays conquis, de défier les premiers occupants du territoire.»

Chez moi, le Quiscale bronzé est de passage en avril, faisant partie des grandes bandes d’oiseaux noirs. Il passe quelques jours à se nourrir de tournesol, puis continue sa route vers le Nord. Je le vois réapparaître à la fin de juillet, sa famille étant élevée. Il gagnera bientôt de grands dortoirs d’oiseaux noirs dans le sud-ouest du Québec, regroupés pour entreprendre la migration.

Il m’est arrivé de vivre une histoire bien triste avec un quiscale. Je la raconte dans mon ouvrage Un citadin à la campagne. Quatre saisons à Sainte-Anastasie.

Le 30 novembre, le voici soudain dans la cour, seul parmi tous les autres oiseaux. «Je l’observe longuement. Il ne s’approche des mangeoires que lorsqu’elles sont désertes. On dirait un croque-mort à mante noire, les yeux largement ouverts, qui vient prendre son dû. Si je sors, il s’éloigne à peine, sans pousser de cri.»

Le 4 décembre : «Le Quiscale croque-mort est toujours là, silencieux, asocial, refusant de s’approcher des autres.»

Le 15 décembre : «Mon Quiscale croque-mort s’est trompé de saison. Le froid finira par avoir raison de lui. Lentement, la vie s’immobilise. Depuis trois jours, il passe de longs moments, seul, couché dans le plateau de tournesol noir sous le larmier de la galerie. Sans même pourtant manger. À peine à l’abri du froid, posé sur une réserve de nourriture, il semble avoir trouvé là le refuge définitif, une espèce de sein nourricier. Sentant sans doute venir la mort, il se laisse entrer totalement dans les étapes finales, s’abandonnant complètement au froid qui l’engourdit. Ma présence à la fenêtre ne l’effraie plus. On dirait qu’il n’a plus la force de résister.»

Le 16 décembre : «Ce matin, après une nuit de moins 240C, mon quiscale, figé, est mort dans le plateau.»

Cet oiseau savait assurément qu’il n’avait plus la force d’entreprendre une longue migration et avait choisi ce lieu pour ses derniers jours.

* * *

Dates des premières observations du Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula, Common Grackle) chez moi :

1985 : 26 mars
1988 : 19 mars
1989 : 26 mars
1990 : 17 mars
1991 : 22 mars
1992 : 5 avril
1993 : 8 avril
1994 : 1er avril
1995 : 17 mars
1996 : 22 mars
1997 : 29 mars
2000 : 26 mars
2001 : 4 avril
2002 : 17 mars
2003 : 22 mars
2004 : 20 mars
2005 : 30 mars
2006 : 16 mars
2007 : 18 mars
2008 : 28 mars
2009 : 12 mars
2011 : 20 mars
2012 : 15 mars
2013 : 14 mars
2014 : 5 avril

2016 : 16 mars

2017 : 2 avril

2018 : 29 mars

2019 : 21 mars

2020 : 20 mars

 

Voici la carte de répartition eBird du Quiscale bronzé.

12 commentaires Publier un commentaire
  1. Gérard #

    Merci pour ce beau texte.

    Gérard

    8 juin 2020
  2. Jean Provencher #

    Merci, cher Gérard, merci tellement pour cet appui en faveur d’un oiseau dont personne ne respecte.

    8 juin 2020
  3. Dominic Richer #

    J’en ai environ 75 dans la grande haie de cèdre voisine. C’est tellement, mais tellement fatiguant de subir la monstrueuse cacophonie de leurs cris d’intimidation dès que je sors dans la cour. Ouache! J’ai hâte que les petits s’envolent enfin des nids!

    Mais j’avoue que c’est un bel oiseau, probablement plus intelligent que la moyenne comme tous les mainates.

    Beaux textes!

    14 juin 2020
  4. Jean Provencher #

    Bien intelligent, en effet. Mais il ne m’a jamais été donné de vivre ce que vous vivez. Probablement que ça devient, à la longue, insupportable. Dans les Bois-Francs où je suis, ils ne sont que de passage. Ils préfèrent filer vers le Nord, en tous cas, plus au nord.

    14 juin 2020
  5. Linda Filion #

    Bonjour, j’ai vue chez moi a Rivière-Rouge dans la mangeoire un Quiscale Bronzé le 16 juin 2020.
    Merci de lire mon commentaire.

    18 juin 2020
  6. Jean Provencher #

    Merci à vous, chère Linda, d’enrichir cette réflexion sur le Quiscale bronzé.

    18 juin 2020
  7. On est aujourd’hui le 16 août 2020 et moi depuis quelques jours ces beaux oiseaux que j’appelle gentiment ma gagne de rue sont de retour. Il vide rapidement mes mangeoire que je remplis avec plaisir je demeure à Ste-Adèle PQ et ça me fait toujours rire de voir arriver ma gagne de rue

    16 août 2020
  8. Jean Provencher #

    Bravo, Gin, de les considérer ainsi. Je les aime bien, moi aussi. Tant de gens détestent les « oiseaux noirs », y compris les quiscales, bien sûr.

    16 août 2020
  9. Bonjour, est-ce qu’il y en a qui ont la queue blanche? J’ai ce qui semble être des quiscals dans ma mangeoire aujourd’hui, mais un a la queue blanche.

    3 septembre 2020
  10. Jean Provencher #

    Aucun quiscale, chère Vous n’a la queue blanche. Il peut s’agir cependant d’un oiseau qui présente une partie de lui-même comme un albinos. Ça se voit, mais c’est très rare.

    3 septembre 2020
  11. J’habite en abitibi et ça a commencé à geler depuis cette semaine. Je les pensais parti vers la chaleur, mais je les ai vu vider ma nouvelle mangeoir aujourd’hui..est ce qu’ils attendent la neige pour partir?? :p

    18 septembre 2020
  12. Jean Provencher #

    Cher Marc Lemoine, chez moi, dans les Bois-Francs (dans mes dossiers d’observation, il faudrait que je vérifie l’année), il m’est arrivé qu’un d’eux décident de passer l’hiver. Le pauvre était décédé après une nuit de moins 32.

    Cela dit, habituellement, chez moi, les quiscales ne passent pas l’été. Ils passent, demeurent quelques semaines, puis montent plus au nord. Et il repasse à l’automne, pour filer ensuite vers le sud.

    18 septembre 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS