Skip to content

Les chemins à barrières

Si je vous dis «un chemin à barrières», savez-vous de quoi je parle ? Et une route à péages ? Voilà, route à péages est l’appellation contemporaine de chemin à barrières. Un jour, dans la grande histoire du réseau routier québécois, il devra y avoir un chapitre sur les chemins à barrières. Le quotidien montréalais La Patrie en fait l’histoire rapide le 16 juin 1906.

Combien de fois n’a-t-on pas maugréé contre ces barrières que, de distance en distance, on rencontre sur les routes qui sillonnent les environs immédiats de Montréal. Ces barrières, que l’on considère aujourd’hui comme un inconvénient, ont été bien utiles autrefois et le sont encore en maints endroits.

Avec leur installation date la construction des bons chemins qui convergent vers la métropole. C’est à cette date, vieille de plus d’un demi-siècle, que l’on doit la facilité des communications des municipalités environnantes avec la grande ville dont elles vivent. C’est à elle que l’on doit une bonne partie du progrès et du développement de ces localités.

Avant 1840, année où fut institué le syndicat des chemins à barrières, les routes étaient impraticables; on peut même dire qu’il n’existait pas de chemins passables. Quand la terre était sèche, ça allait encore, mais, par contre, après les jours de pluie, on se trouvait à rouler dans de véritables fondrières. Il fallait bien les traverser, c’était le seul moyen, ou à peu près, d’arriver à la ville.

Point de chemins de fer, ils étaient encore à l’état d’enfance dans la vieille Europe; les bateaux donnaient un service trop lent pour les cultivateurs qui allaient vendre leurs denrées sur notre marché, et encore, il n’y avait que les habitants du littoral qui pouvaient en bénéficier. L’entretien des chemins était à la charge des propriétaires riverains qui devaient les réparer et entretenir en bon état. Seulement, on sait ce que cela veut dire, et personne n’en voulait faire plus que son voisin, de sorte qu’ils étaient toujours dans un état pitoyable.

Pendant de nombreuses années, des pétitions furent présentées au gouvernement du Bas-Canada, demandant de faire quelque chose pour améliorer les routes. En 1840, le 15 juin, une loi était passée par le parlement décrétant la création des syndicats des chemins à barrières. C’est du 15 juin 1840 que commence une ère nouvelle, pour les paroisses avoisinant Montréal. Depuis cette époque, les chemins ont été faits et entretenus dans l’état où l’on les trouve aujourd’hui.

Les diverses ordonnances qui ont été émises par les gouvernements mettaient sous le contrôle de syndics tous les chemins qui partaient de Montréal et traversaient les diverses municipalités depuis le Bout de l’Isle jusqu’à Pointe-Claire. Les fonctions des syndics comprenaient la création, l’entretien de ces chemins. Ils étaient autorisés à établir des barrières à tels endroits qu’ils jugeaient convenables pour percevoir les taux de péages destinés à rembourser les dépenses faites pour l’entretien de ces routes. Ils peuvent renouveler les dits chemins ou en changer la direction selon qu’il sera jugé nécessaire. Des pénalités très sévères sont imposées contre ceux qui causent des dommages volontairement aux chemins, barrières et autres biens de la commission ou qui cherche à frauder le gardien en passant par un chemin détourné.

La Commission des Chemins à Barrières se composait primitivement de neuf syndics dont deux étaient nommés par le gouvernement de la province et les autres par les porteurs de bons ou débentures. Plus tard, le nombre de syndics fut réduit à sept, et, il y a quelques années, une nouvelle loi fixait à cinq le nombre des syndics. Deux sont nommés par le gouvernement de Québec et les trois autres par le gouvernement fédéral qui détient toutes les obligations contractées par la commission pour la création et l’entretien des chemins sous son contrôle. […]

Les taux de péage sont fixés par le gouvernement de Québec.

En sont exemptés les soldats et officiers de Sa Majesté, en devoir, et toutes autres personnes employées à son service; les voitures qui suivent un convoi funèbre et qui reviennent par la même barrière; les prêtres et les ministres dans l’exercice de leurs fonctions religieuses respectives seulement; les voitures transportant des personnes à l’église le dimanche et les fêtes d’obligation. Exempts de péage : Les cultivateurs avec les voitures légères ou de charge ne paient qu’une seule fois par jour, et amenant des produits au marché ont droit à un billet de retour dans les 48 heures en payant une seule barrière.

 

L’article du journal La Patrie ne nous entretient que des chemins à barrières de la région de Montréal. Mais le discours pourrait être tout à fait le même pour les chemins à barrières de la région de Québec.

La gravure ci-haut de la barrière à péage du chemin Saint-Louis à Québec fut publiée le 3 février 1883 dans le Canadian Illustrated News.

11 commentaires Publier un commentaire
  1. ô plaisir que de retrouver ceci et surtout la gravure, sachant que mon arrière-grand-père David Barrette, était “toll-gate keeper” à la barrière St-Louis de Québec de 1871 à 1886 tel que confirment plusieurs actes de baptême de ses enfants où on mentionne son occupation du temps. À partir de 1886, il déménagea à la barrière St-Vallier pour en occuper les mêmes fonctions jusqu’à la fermeture de ces barrières aux alentours de 1910. Vers 1907, on semble plutôt utiliser le terme “Pesée publique”, selon les annuaires Marcotte-Cherrier, ou serait-ce autre chose?…
    Merci Monsieur Provencher pour ce clin d’oeil très apprécié, sujet qui semble d’ailleurs difficile à approfondir et documenter.

    22 avril 2014
  2. Jean Provencher #

    Merci infiniment, chère Madame Garant, pour ces propos au sujet de votre arrière-grand-père. C’est bien rare qu’on entende parler d’un gardien de barrière précis. Ils ont vécu toutes sortes de situations, pas toujours intéressantes. Il fallait être fait fort pour supporter les impatiences des populations.

    22 avril 2014
  3. Hélène Garant #

    Bonjour Monsieur Provencher,
    Quel plaisir ce matin en tournant la page de mon calendrier de la Société Historique de Québec d’y retrouver pour ce mois de décembre 2016, la gravure de la barrière St-Louis et mon arrière-grand-père nommé. Pour l’avoir suivi à la trace, oui, il semblait de ces hommes faits forts, mais aussi un homme de grand devoir, toujours très présent et signataire de multiples actes dans les registres paroissiaux. David (1846-1932) et son épouse Emma Bernier ont eu 10 enfants.
    Son frère Sauveur-François (1848-1935) a aussi été “assistant-toll-gate-keeper” à la barrière Ste-Foy pour une courte période entre 1879 et 1880, barrière qui selon mes recherches devait être située sur le Chemin Ste-Foy à peu près vis-à-vis de l’avenue Cartier.
    J’ai aussi une carte postale de 1907, à ma grand-mère (fille de David) adressée uniquement comme suit:
    Melle Emma Barrette, Barrière St-Vallier, Québec.
    L’adresse de David était alors 1293-1295 St-Vallier,St-Malo ce qui serait les 955-959 de nos jours selon le tableau des concordances de la Ville de Québec.
    J’ai aussi une photo de David de même que son épitaphe au petit cimetière St-Sauveur. Un homme qui prenait soin de toute sa famille et même ses petits-enfants décédés en bas âges.

    J’ai rencontré un autre gardien de barrière de Charlesbourg au fil de mes recherches généalogiques. Aucun lien de parenté et malheureusement maintenant perdu quelquepart dans mes données. Si je le retrouve, je viendrai vous le présenter!
    Encore Merci pour me faire passer un beau mois de décembre en compagnie de mon arrière-grand-père! ;-)

    1 décembre 2016
  4. Jean Provencher #

    Merci encore, merci beaucoup, chère Madame Garant, d’ajouter à nos connaissances sur les barrières, encore bien mal documentées en histoire. C’est précieux, vous savez, la joie que vous mettez à dévoiler tous ces renseignements.

    1 décembre 2016
  5. Hélène Garant #

    Liste des gardiens de barrières (tollgate keepers) et/ou assistants observés aux barrières St-Louis, Ste-Foy, DuPont, Champlain et St-Vallier (6 décembre 2016)

    Barrette, David (1845-1932) fils de Sauveur et Brigitte Boivin, époux de Emma Bernier.

    Barrette, François (1848-1935) fils de Sauveur et Brigitte Boivin, époux de M.-Délina Bedard.

    Bédard, Charles : on pourrait penser qu’il soit le père de Ferdinand et Jérémie (qui eux sont des frères) et considérant le parentage par alliance entre les deux familles Bédard et Barrette. Si tel est le cas, il serait le fils de Pierre et Marguerite Aubin, époux de Félicité Chantal

    Bedard, Ferdinand (avant1847- )(sous réserve) fils de Charles et Félicité Chantal, époux de Aurelie Drapeau; possiblement beau-frère de David et François Barrette

    Bédard, Jérémie (1838- ) (sous réserve) fils de Charles et Félicité Chantal, époux de Julie Myrand; possiblement beau-frère de David et François Barrette

    Bélanger, Jacques-Jean-Baptiste (1832- avant 1905) fils de Jacques et M.-Luce Paquet, époux de Geneviève Boutet.

    Cantin, Napoléon ( – )

    Demers, Louis ( – )

    Dion, Cyrille (1845- ) (sous réserve possiblement fils de Francois et Adelaide Audet -Lapointe, époux de M.-Anne Rhéaume.)

    Dubé, Antoine ( – ) (possiblement le père de Joseph)

    Dubé, Joseph ( – ) (possiblement le fils d’Antoine)

    Dumas, Cyrille (1858-avant 1901) fils d’Édouard et de Marguerite Brousseau, époux de Josephine Noël.

    Fortier, Ignace (1841- ) fils d’Ignace et Euphrosie Chevalier, époux de M.-Louise Lachance.

    Julien, Elzéar Sr (1841- ) fils de Joseph et Ursule Boivin, époux de Laetitia Bergeron. Cousin de la mère de David Barrette.

    Julien, Elzéar Jr (1865-1950) fils d’Elzear Sr. Et Laetitia Bergeron; époux de Nathalie Roy. Cousin au 2ième degré de David Barrette.

    Lefebvre, Boniface

    Marcotte, Thomas

    Meunier, Hildevert (1856-après 1912) fils de Marcel et Tharsile Dion, époux de Reine-Émilie Trudel.

    Petitclerc, Philippe (1846- ) fils de Joseph et Caroline Gilmour, époux de M.-Elise St-Onge.

    Picard-Destroismaisons, Joseph-Noël (1858- ) fils de Joseph et M.-Francoise-Alphée Bordeleau, époux de M.-Virginie Laroche.

    Rhéaume, Ovide (1841- ) fils de Simon et Flamine Rhéaume, époux de M.-Cécile Proteau.

    Thivierge, Dominique (1843-avant 1901) fils de Dominique et Agathe Bédard, époux de M.-Francoise Paradis.

    7 décembre 2016
  6. Hélène Garant #

    Barrière à péage Champlain (Sillery)

    1880-1885- Ignace Fortier au 930 Champlain

    1886-1898- Antoine Dubé n’est mentionné que comme batelier au 930 Champlain, il est cependant confirmé Tollgate keeper dans l’annuaire de partir de 1890.

    1890-1903- Joseph Dubé devient le Tollgate keeper vivant à cette même adresse du 930 Champlain avec la veuve d’Antoine. Probablement leur fils. En 1903-1904 on nomme cette barrière du nom de Sillery plutôt que Champlain.

    1906-La barrière semble déplacée ou les nos civiques changés du 930 au 951. Un George Robinson y habite jusqu’en 1913 sans qu’on sache s’il en est le gardien.

    1913-1916- on retrouve à cette adresse du 951 Champlain, Jean Dion (charpentier), Louis Couture (arrimeur et contracteur) ainsi que Mme Antoine Dubé. Aucune mention de qui en est le Gardien..

    1916-17 s’ajoute le nom de Jean-Baptiste Dubé (journalier) et c’est la dernière inscription qui mentionne la Toll Gate de cet endroit.

    7 décembre 2016
  7. Hélène Garant #

    Barrière à péage du Pont (Dorchester)

    1872-1887- Cyrille Dion est le tollgate keeper et Ovide Rhéaume son assistant apparait en 1876.

    1888-1895- 191 et 193 du Pont qui changeront pour les 223 et 225 du Pont vers 1894, respectivement, Elzéar Julien et Ovide Rhéaume sont les gardiens de la barrière.

    1896-1906- Au 223 et 225 du Pont, respectivement, Boniface Lefebvre et Ovide Rhéaume agissent comme péagers.

    1906-1907- Hidelvert Meunier et Dominique Thivierge sont les gardiens péagers.

    1907-1908- Les péagers sont Charles Bédard et Dominique Thivierge aux 223-225.

    1908-1914- Au 223 Charles Bédard et au 225 J.-N. Picard sont les péagers

    1914-1915- Disparition des gardiens et fort probablement de cette barrière, seul le Pont Dorchester y est mentionné et la Compagnie F.-X Drolet, Ltée. Joseph-Noël conserve cependant le titre de gardien du Pont jusque vers 1923 pour ensuite devenir simple gardien d’on ne sait quoi et demeurant sur la rue Fleurie.

    7 décembre 2016
  8. Hélène Garant #

    Barrière à péage (Tollgate) de STE_FOY et ses gardiens :

    1870- Cyrille Dion est assistant à la barrière Ste-Foy (en 1872 il devient le gardien de la barrière Du Pont (Dorchester))

    1872- Ferdinand Bédard est assistant péager de la barrière Ste-Foy. L’année précédente il est mentionné comme assistant à la barrière St-Louis sur Grande-Allée.

    1876-1879
    au 544 St-Jean, Thomas Marcotte, assistant tollgate keeper
    au 546-548 St-Jean, Ferdinand Bedard, tollgate keeper.

    1879-1881
    au 544 St-Jean, François Barrette (1848-1935) (frère de David) est l’assistant de Ferdinand Bédard toujours en place. François Barrette se marie en 1878 et déménage à Montréal quelques années plus tard.

    1881-1886
    au 544, (r) Louis Demers devient l’assistant.
    au 546-548 c’est J.-Jean-Baptiste Bélanger qui prend la relève comme tollgate keeper. En 1884-85 on mentionne leur adresse commune comme étant désormais le 558.

    1886-1890
    Jérémie Bédard prend la relève avec Dominique Thivierge (r)

    1890-1907
    Dominique Thivierge devient le gardien de barrière et Hildevert Meunier son assistant jusqu’en 1892-93. Dominique semble gérer la barrière seul par la suite jusqu’à l’arrivée d’Elzear Julien comme assistant en 1896-97 et se retrouver à nouveau seul en 1898-99. (Elzear Julien est cité péager mais demeurant au 366½ Richelieu) Le no. civique de la barrière est passé de 558 à 626 .À partir de 1906-07 l’annuaire fait mention de la barrière mais non de son opérateur péager. Il y a maintenant le Chemin Ste-Foy qui suit cette barrière et Dominique Thivierge est péager-tollgate keeper au 225 du Pont.

    1906-1909- Boniface Lefebvre est cité gardien de barrière au 626 Chemin Ste-Foy.

    1909-1919. Dominique Thivierge semble de retour comme gardien de la barrière Ste-Foy au 626 Chemin Ste-Foy (Ville de Montcalm) qui deviendra par la suite le no. civique 10 à partir de 1911-12. En 1918-19 Dominique est cité comme étant maintenant rentier et vivant au 139 des Franciscains. Une dame veuve E. Deblois vit au 10 Chemin Ste-Foy et il n’est plus fait mention de barrière à péage à cet endroit.

    7 décembre 2016
  9. Hélène Garant #

    Barrière à péage St-Louis (Tollgate) et ses gardiens :

    1872-1875, 50 Grande-Allée, St-Louis Rd, David Barrette (1846-1932) est Assistant Toll Gate Keeper (cette ancienne adresse ne semble pas exister dans la liste des concordances de la Ville de Québec, un grand vide entre les nos 2 et 84 qui correspondent aujourd’hui aux nos. de 830 à 980 entre les rues St-Augustin et l’avenue Dufferin). À la même adresse demeure Philippe Petitclerc (1846- ) (tollgate keeper) et David Barrette son assistant.

    1876 à 1885- 314 Grande-Allée (no.140 de nos jours selon le tableau de concordance de la V. de Québec)- Tollgate keeper. cette adresse correspond à un vis-à-vis de l’Avenue Wolfe qui est l’allée conduisant à l’ancienne prison située sur les Plaines, juste passé Bourlamaque (anciennement Ave. Dorion) vers l’ouest. David est maintenant tollgate keeper et Louis Demers l’assistant jusqu’en 1882, suivi de Dominique Thivierge (1843- ) en 1882-1886 ou les deux semblent ensuite remplacés à cette barrière par J.-J.-Baptiste Bélanger.. On retrouve ensuite David Barrette gardien de la barrière St-Vallier.

    1886-1899, J.-Jean-Baptiste Bélanger est le Tollgate Keeper et on retrouve Dominique Thivierge devenu assistant péager à la barrière Ste-Foy sur la rue St-Jean à partir de 1889-90. Dans l’annuaire de 1898-99 on mentionne J.-Jean-Baptiste comme gardien de barrière mais aussi à la même adresse Mme Veuve J.J.B.

    1899-1911, Elzear Julien Sr (1843- ) prend la relève comme péager- gardien de la barrière St-Louis. À partir de 1908-09, il est assisté d’Elzéar Julien Jr.. On nomme Elzéar Sr le péager et Elzear Jr. (1865-1950) son fils, le gardien. Étrangement dans l’annuaire de 1912-13, le père et le fils se retrouvent tous les deux péagers au 12 Chemin Ste-Foy. La barrière St-Louis semble complètement disparue et il n’existe plus de no civique 314 Grande-Allée. Limite de la Cité au 302.

    7 décembre 2016
  10. Hélène Garant #

    Barriere à péage St-Vallier (Tollgate) et ses gardiens :

    1870-1879-Aucun no civique n’est mentionné mais cette barrière de la rue St-Vallier apparait située à quelques maisons près de la rue de l’Aqueduc. Jacques Jean-Baptiste Bélanger y est l’assistant Tollgate keeper en 1870-71. (incapable pour l’instant de retracer qui en est le gardien principal car l’annuaire des rues ne donne pas ses occupants). Il devient cependant le Tollgate Keeper en 1871-72 et François Barrette son assistant à partir de 1876-77. Les deux portent la mention (t) (tennant?) à leur nom et se retrouvent dans la section de St-Sauveur qui est encore une entité séparée de la ville de Québec. En 1880 le no. civique est maintenant 407. En 1879 JJJ Belanger semble demeurer seul, François Barrette devenant assistant-péager à la barrière de Ste-Foy.
    1884-1885- Jérémie Bédard est mentionné comme Tollgate keeper, au 407 St-Vallier dans St-Sauveur. Il semble y agir seul.

    1886-1891 David Barrette devient Gardien de Barrière St-Vallier- 407 St-Vallier (dans St-Sauveur). À la même adresse: Elzear Julien, suivi de Cyrille Dumas à partir de 1888

    1891 à 1892- David Barrette et Cyrille Dumas sont les péager de la barrière St-Vallier maintenant sise au 1191 St-Vallier (dans Québec), Toll Gate Keeper prolongement de St-Vallier. Cette adresse correspond au no. civique 739 St-Vallier-ouest d’aujourd’hui.

    1892-1906- David Barrette péager, Prolongement de St-Vallier, “Place sans bruit” (sans no. civique) toujours avec Cyrille Dumas jusqu’en 1896 où ce dernier est remplacé par Hildevert Meunier.
    : ” Ce sont les seules résidences à être numérotées dans le prolongement de Saint-Vallier dans l’annuaire Marcotte de 1900-1901. C’est cette numérotation qui fut retenue pour ce secteur. Les résidences dans le fichier point et dans le fichier Excel ont été nommées sous le vocable de Place Sans-Bruit, plutôt que Saint-Vallier, étant donné l’exactitude de leur localisation bien identifiée dans l’Atlas GOAD sous le nom de Place Sans-Bruit (située entre les rues Auger et
    Trudelle)”. Réf.:Population et Histoire sociale de la ville de Québec, Nicolas Lanouette. Ces numéros anciens 1255 à 1271 correspondent aujourd’hui aux 859 à 895 St-Vallier-ouest)

    1906-1907-Péager,toll-keeper,1293-1295 St-Vallier-ouest,St-Malo (955-959 de nos jours selon tableau de concordance). David est noté comme péager (p). Napoléon Cantin et Ovide Rheaume sont également péager habitant voisin au no. 1297. Hildevert Meunier est maintenant tollgate keeper au 223 du Pont. On retrouve Elzear Julien maintenant péager à Ste-Foy au 314 Grande-Allée.

    1908-1913- David Barrette est noté comme étant à la Pesée Publique1295 St-Vallier-ouest, St-Malo alors qu’au 1297 Napoléon Cantin et Ovide Rhéaume sont les péagers de la barrière St-Vallier. En 1913, la Pesée publique demeure au 1291½ St-Vallier mais on ne sait pas qui l’opère. La barrière St-Vallier n’apparait plus dans l’annuaire.

    1914-1915- David Barrette est maintenant épicier dans St-Sauveur, Napoléon Cantin et Ovide Rhéaume sont péagers au Parc St-Vallier.

    Qu’est-ce que le Parc St-Vallier?……….

    7 décembre 2016
  11. Jean Provencher #

    Merci infiniment, chère Madame Garant, de cette précieuse recherche. J’ai décliné ici le fruit de votre recherche. Merci beaucoup beaucoup ! Vive la mémoire que vous nous donnez ici pour la suite du monde !

    7 décembre 2016

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS