Skip to content

J’ai fini de m’esquinter

Je me suis défait de ma vieille baratte, je l’ai donnée au musée. Sans blague, je faisais encore mon beurre comme sous le Régime français. C’est bien beau le patrimoine, mais à la fin…

Je suis passé à la Victoria ! Quel bonheur ! Le Monde illustré du 22 janvier 1898 avait bien raison.

Les barattes généralement employées sont assez difficiles à manier, très fatigantes et en somme par ces défauts mêmes peu pratiques. La Baratte Victoria a la forme d’un tonneau, mais, au lieu d’un mouvement horizontal comme les autres barattes, elle tourne perpendiculairement. Ce mouvement précipite le lait ou la crème d’un fond à l’autre du tonneau en produisant au liquide l’agitation vigoureuse nécessaire à la fabrication du beurre.

Cette baratte a plusieurs avantages. Elle est très facile à nettoyer, car elle n’a pas de batteurs. Son couvercle peut se retirer facilement et permet d’introduire dans le tonneau une quantité considérable de lait. Cette disposition permet encore d’enlever le beurre sans le toucher, ce qui est une des règles de la moderne hygiène.

Le mouvement de la baratte est communiqué par une manivelle. Elle tourne sur galets. Un regard en verre, placé dans le couvercle permet d’arrêter le barattage lorsque le beurre est formé. La baratte doit être placée à niveau de façon que les pivots tournent librement : ils doivent être propres et graissés. Il faut laver fréquemment la baratte en été avec de l’eau froide, en hiver avec de l’eau chaude. Il faut aussi conserver la baratte dans une place fraîche.

Vous hésitez ? Ne vous gênez pas, téléphonez-moi, je vous en dirai le plus grand bien. Pour me rejoindre, demandez à la téléphoniste de vous brancher au 7184J. Et ça sonnera chez moi.

L’illustration est de Cletus Awreetus (Gilles Péris y Saborit) sur Flickr.

 

 

 

10 commentaires Publier un commentaire
  1. Mildred #

    Cher Vous, je me souviens du ”Baratte à beurre” que lançait P.H dans un téléroman, je le rie encore; à l’été 75, enceinte jusqu’au yeux je barattais une livre de beurre par jour, dans une petite baratte en verre genre pot masson d’environs 15-20 litres, avec des palettes en bois fixer sous le couvercle, une manivelle sur le dessus. Bonne Année et Longue Vie pour Les Quatre Saisons.

    4 janvier 2013
  2. Jean Provencher #

    Mais c’est incroyable. Patiente, patiente, vous étiez, chère Mildred. Une livre de beurre par jour ! Ah, là, je vous aurais passé ma Victoria, c’est certain !

    4 janvier 2013
  3. Mildred #

    Très Cher, en effet il faut une patience que seule les femmes possèdent pour porter leur petit dans leur ventre pendant neuf mois; baratter dix-quinze litres de bon lait pour nourrir dix adultes et quatre marmots demande plutôt de l’organisation; tourner une manivelle pendant une petite heure en récitant des comptines à l’abri du soleil aux plus beaux enfants du monde, j’en prendrais encore.

    5 janvier 2013
  4. Jean Provencher #

    Tenace que Vous êtes, bien Chère, tenace que Vous êtes !

    5 janvier 2013
  5. Ouffff ma mère me contait, moi je l’utilise comme ” embellissement extérieur” au grand ravissement des passants !

    7 janvier 2013
  6. Jean Provencher #

    Attention. Vous pourriez apercevoir soudain, devant votre demeure, quelque personne illuminée, venue faire son beurre chez-vous.

    7 janvier 2013
  7. Elles seraient bienvenue si évidemment elles trouvent un lait approprié … Et comme les pauvres vaches ne profitent plus vraiment des chauds rayons du soleil ni ne goûtent a l’herbe verte, le liquide insipide qu’elles fournissent et que l’on retrouve sur les rayons d’épicerie, ne contenant peu pour pas de gras… Alors pour le beurre ils devront y songer…

    7 janvier 2013
  8. Jean Provencher #

    Alors si quelqu’un passe, prévenez-nous des résultats.

    7 janvier 2013
  9. J’ai moi-même tourné la manivelle d’une petite baratte en verre, lorsque j’étais enfant, et souvent vu mes tantes faire le beurre. Je n’ai jamais vu personne mettre du lait dans une baratte, on y mettait de la crème, sinon, à quoi aurait servi les écrémeuses, appareil aussi fréquent dans les fermes que les barattes ?

    22 juillet 2014
  10. Jean Provencher #

    Tout à fait, tout à fait, cher Monsieur Péris-y-Saborit. Merci beaucoup pour cette image, témoignage de la vie d’hier. Votre site sur Flicker est une petite merveille d’images historiques.

    22 juillet 2014

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS