Skip to content

Articles de la catégorie ‘La mort’

Lorsqu’arrive l’été, les enfants recommencent à mourir

Cela se produit dans les villes québécoises, en particulier à Montréal.

Voici des statistiques intéressantes, cueillies hier au département de l’hygiène. Il y a eu 186 décès à Montréal, pendant la semaine dernière, et la moyenne hebdomadaire est ordinairement de 115.

Sur ces 186, il y eut 93 enfants, et cette proportion est considérée comme excessive. Lire la suite

« Il neige de la cendre sur notre ville »

Rappelez-vous ce printemps de grands incendies, celui de 1903.

Mercredi, 2 juin Lire la suite

Peut-on imaginer qu’on pourrait retrouver aujourd’hui dans la presse québécoise un article sur l’entretien du crêpe de deuil ?

En 1903, ce tissu est toujours de mise. Aussi son entretien a sa place.

Bien des étoffes supportant admirablement la pluie, et d’un genre presque semblable, sont créées depuis quelque temps pour remplacer le « crêpe » ; mais celui-ci ne saurait perdre de son utilité dans les voiles, les draperies, les garnitures des toilettes de grand deuil.
Lire la suite

À Montréal, la chroniqueure Madeleine est en furie

Anne-Marie Gleason (1875-1942), sous le pseudonyme de Madeleine, intitule sa chronique « Nos petits meurent ». Lire la suite

Le travail de draveur est dangereux

Dans le répertoire québécois de chansons traditionnelles, certaines racontent que des hommes y perdent la vie, en pratiquant ce métier printanier. Ici, Louis Lafrance est du nombre.

Louis Lafrance, journalier, du village St-Jean de Dieu, s’est noyé jeudi soir de la semaine dernière, en faisant le flottage du bois pour la Compagnie de pulpe de la Rivière Trois-Pistoles. Lire la suite

Un Romain épris des choses de la Nature

Nous avons déjà évoqué ce poète philosophe, il y a bientôt trois ans. Mon ami Simon nous avait mis sur la piste de son grand et unique livre disparu pendant plus de 1000 ans.

Cet homme, Lucrèce, vivant dans le siècle violent qui précéda la naissance de l’Enfant, a trouvé refuge, a trouvé santé dans la Nature. Comme l’écrit son préfacier Henri Clouard, il avait été, étant jeune, témoin de massacres, et « assista au déchaînement des pires ambitions et entendit souvent le tumulte des émeutes ». Lire la suite

Les Québécois, du moins ceux de langue française, n’ont jamais été reconnus pour prendre bien soin de leurs cimetières

Bien sage serait celle ou celui qui pourrait nous en donner une explication. Lire la suite

Un poème de circonstance

Hier après-midi, avait lieu, au salon mortuaire, la rencontre de celles et ceux qui ont connu et aimé l’homme de théâtre Paul Hébert, puis on célébrait ses funérailles à 17 heures. Je vous racontais, il y a quelques jours, mes huit mois de vie avec lui durant l’année 1973 pour l’écriture de la pièce de théâtre Québec, Printemps 1918. Lire la suite

On mit beaucoup de temps à oublier la plus grande inondation de l’histoire du Québec

Et, avec raison, les journaux préviennent leurs lecteurs d’être aux aguets au moment où arrivent des printemps au grand couvert de neige. L’inondation de 1865 fit au moins 28 morts. On trouve ici une évocation de l’événement. Lire la suite

« Chute d’un météore »

La presse du Québec de 1880 à 1910 ne rate jamais de faire écho aux événements célestes. Elle sait l’intérêt des populations, comme aujourd’hui d’ailleurs, pour de semblables nouvelles. Celle-ci est spectaculaire. Lire la suite