Skip to content

Articles de la catégorie ‘Les oiseaux’

Enfin le grand livre sur le Moineau domestique !

Dans ma quête, je cherche de grands livres. Beaucoup sur des synanthropes, ces bêtes qui apprécient vivre près de nous. Par exemple, l’hirondelle, le cardinal, la libellule, le tamia rayé, le bourdon, certaines espèces de papillons, dont la piéride… Lire la suite

Et pendant ce temps…

Gaspard, méditant, a l’air heureux comme tout d’être dans un pareil paradis.

Et l’oiseau, perché sur son  rocher, qui accompagne Gaspard à distance, est la Grande Aigrette (Ardea alba, Great Egret).

Lire la suite

Journée d’automne

Une brise du nord-est.

Il ne cesse de pleuvoir.

La maison est froide.

Une première attisée. Lire la suite

Une toute petite plante de rien, mais incroyable

Les botanistes qui n’aiment guère les plantes venues de l’étranger qui se sont faites aux conditions de vie en Amérique, n’ont sans doute pas beaucoup de considération pour celle-ci.

Par ailleurs, quand ma grange s’est effondrée en février 2015, plutôt que franchement laisser la déprime me gagner, je me suis dit « Voyons voir la suite ». Et les jours passèrent et permirent au lieu de révéler des nouveautés. Lire la suite

L’identité de l’oiseau se précise

Ils sont même deux à se nourrir d’insectes au verger.

Je croyais bien au Moucherolle à ventre jaune. Mais mon ami Paul me corrige : Lire la suite

La présence des oiseaux

Je compte en ce moment, outre deux moucherolles, neuf Chardonnerets jaunes, cinq Roselins pourprés, trois Colibris à gorge rubis, dont deux femelles ou petits, deux Mésanges à tête noire et un Pic chevelu. Lire la suite

Revoilà un moucherolle

Dans mon milieu humide produisant de nombreux insectes, voilà une trentaine d’années maintenant qu’un moucherolle quelconque se montre du début d’avril (alors souvent le phébi) jusqu’à la dernière semaine de septembre. Lire la suite

Vivre d’espérance

En plein cœur de la ville de Québec, sur ma rue, voilà un magnifique Cormier ou Maskouabina (Sorbier d’Amérique, Sorbus americana, American mountain-ash). Lire la suite

De « La Source grecque »

La grande Simone Weil, l’exigeante Simone Weil s’est beaucoup abreuvée à la Grèce antique.

Ouvrière en 1936, elle écrit à son patron, le directeur de l’usine :

Je me demandais avec inquiétude comment j’arriverais à prendre sur moi d’écrire en me soumettant à des limites imposées, car il s’agit évidemment de vous faire de la prose bien sage, autant que j’en suis capable… Lire la suite

Toujours la Paruline à flancs marron ?

Mais cette fois-ci au ventre jaune ? Voilà un mystère encore plus grand.

Mon ami Paul est bien perplexe. Lire la suite