Skip to content

Dans mon coin de pays, enfants, nous appelions cette plante « herbe à puce »

Fouillant dans Marie-Victorin (Flore laurentienne, 1964, p. 517s.), on découvre que ce n’est pas la variété « féroce ». Celle-ci est l’Apocyn à feuilles d’Androsème (Apocynum androsaemifolium, Spreading Dogbane), l’une des deux plantes québécoises connues sous ce nom populaire.

Le botaniste écrit : « L’action nocive de l’Apocyn, si elle est réelle, est beaucoup moins grave que celle du sumac vénéneux. La plupart des gens manient l’Apocyn sans en ressentir de fâcheux effets ».

Il n’empêche que j’ai cette plante à l’œil, présente depuis deux ans seulement. L’autre est déjà là depuis bien longtemps, mais seulement en bordure de la route.

Et j’ai bien identifié les nombreux endroits où pousse l’herbe à dinde, l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium, Common Yarrow), la grande thaumaturge. Si nécessaire, je n’hésiterai pas à m’en servir.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS