Skip to content

Chère Acadienne, cher Acadien, Bonne Fête nationale !

Je vous avais dit déjà, je suis Acadien par ma grand-mère paternelle, Rose Breault.

Sa famille, habitant Grand-Pré en Acadie, fut déportée en 1756. Ils se retrouvent en Nouvelle-Angleterre. On dit qu’ils furent fort bien accueillis, car les Américains n’aimaient guère les Anglais et bientôt mèneront la guerre de l’indépendance.

Au début du 19e siècle, les Breault entreprennent de descendre le Richelieu jusqu’à Saint-Denis (aujourd’hui en Montérégie), où ils trouveront une petite communauté acadienne, dont certains sont potiers. Mais, après quelques décennies, ils gagneront Saint-Grégoire, en bordure du fleuve, devant Trois-Rivières, où ils trouvent une communauté acadienne importante.

La famille de Pierre Breault, le père de Rose, s’installera bientôt à Saint-Wenceslas, à une trentaine de kilomètres plus au sud, où naîtra ma grand-mère au début des années 1880. Sa vie sera bien courte. Elle meurt à 35 ans , en 1917, après l’accouchement de son dixième enfant.

Vous avez ici sa photographie.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS