Skip to content

La reconnaissance du chat à sa source

J’ai chez moi une source qui traverse le terrain d’est en ouest. Pour lui permettre de passer sous le terrain qui mène à la maison, il a fallu un long et solide tuyau dans lequel l’eau ne gèle pas en hiver.

Le chat, arrivé en octobre 2018 et vivant complètement à l’extérieur, sait qu’il dispose de cette source d’eau pour s’abreuver, en particulier en hiver.

Hier, il montrait à ce lieu le même attachement qu’il a pour moi, posant les mêmes gestes qu’à mon égard.

Je fus soufflé. Humains et prétentieux que nous sommes, nous n’arrivons pas à percevoir que nous sommes de ce monde. Dans des circonstances semblables, plutôt que de faire des mamours à ce lieu, nous élèverions une statue à quelque personnage béatifié que nous irions fleurir une fois l’an.

Mais fondamentalement, la démarche du chat et la nôtre seraient du même ordre. Quand donc saurons-nous que les autres vivants, fussent-ils chat, insecte ou plante, sont du même monde que le nôtre et peuvent tellement nous apprendre !

Jamais encore n’avons-nous imaginé que nous sommes dans le même monde frères et sœurs. Qu’attend-t-on ?

Ce chat est un pont pour moi. Il m’apprend beaucoup. Ce comportement qu’il a ici pour cette source et qu’il a souvent à mon égard signifie « Je t’aime ».

2 commentaires Publier un commentaire
  1. gagnon daniel #

    Notre mémoire collective, a une grande propension à oublier l’humilité nécessaire pour se retrouver et donner un sens à nos vies. La nature toujours à l’oeuvre, hors du temps, façonne à sa manière, de multiples réponses pour étouffer nos ambitions insatiables.

    3 janvier 2021
  2. Jean Provencher #

    Merci infiniment, cher Daniel ! Bien dit ! Fort bien dit !

    3 janvier 2021

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS