Skip to content

Articles de la catégorie ‘Portes, synanthropie, éthologie’

Qui nous dira un jour si une forme d’amitié existe chez les oiseaux ?

Et ces deux Sizerins flammés sont-ils en marche vers une idylle qui se matérialisera dans quelques semaines ? Lire la suite

Une Argyope aurentia a laissé sa pochette veinée sous le toit de la galerie avant de la maison

Rappelez-vous, cette araignée magnifique, commune sur le terrain, fabrique avant de mourir une pochette veinée pour la suite du monde. Voyez ce billet. Lire la suite

La reconnaissance du chat à sa source

J’ai chez moi une source qui traverse le terrain d’est en ouest. Pour lui permettre de passer sous le terrain qui mène à la maison, il a fallu un long et solide tuyau dans lequel l’eau ne gèle pas en hiver. Lire la suite

Puis, alors que j’allais quitter les lieux pour regagner la maison, voilà que l’une des femelles Durbecs des sapins décroche et m’est donnée

Elle se pose dans la roulière tout près de moi.

Ne bougeons plus.

Doucement, je ne cesse de la photographier. Lire la suite

Et les Geais bleus, gloutons, sont venus et ont tout mangé le peu de morceaux en quelques secondes

Et la sitelle revenait et revenait, me regardant et vivant d’espérance.

Ne lui manquait que la parole. Je l’aimais.

Je l’aurais bercée.
Lire la suite

À tant annoncer sa venue par de petits cris…

La Sitelle à poitrine blanche

Enjouée sans doute, peut-être même heureuse, elle fait de moi un meilleur photographe, car j’ai tout le temps pour me préparer.

Bien rares sont les oiseaux qui permettent cela. Lire la suite

Je m’amuse avec la Sitelle à poitrine blanche

Je sais qu’elle préfère des arachides servies sur la galerie plutôt  qu’encagées dans une mangeoire métallique.

Dès lors, il me suffit de déposer une poignée de morceaux d’arachides « libres » pour qu’elle accourt rapidement. Lire la suite

Il faut que je vous parle de l’excellent ouvrage de Jacques Tassin, chercheur français en écologie végétale au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) à Montpellier, en France

J’essaierai d’y revenir le plus souvent possible, à travers mes nombreuses observations à la campagne, car l’ouvrage est capital par les temps qui courent.

Depuis Aristote, en passant par Galilée, Descartes et tant d’autres, nous nous sommes crus supérieurs, à cause de notre raison supposément, supérieurs à tous les autres vivants… et nommez-les. Lire la suite

Il est fréquent que les vivants, y compris les humains, soient capables d’être tout près l’un de l’autre

Ça se voit, il suffit de porter attention.

Je marchais avec le chat dans les herbes courtes tapissées de fleurs jaunes. Bientôt, nous arrivons dans une portion de gravier, là où aime se tenir l’Oedipode à ailes noires. Lire la suite

La sensibilité, et non la raison, est notre véritable lien avec les autres vivants

Je suis à traverser un livre fort original et bien d’actualité, une analyse sur la sensibilité de chaque vivant, de l’arbre ou de la plante à l’humain, de l’oiseau à la fleur ou à l’insecte. Lire la suite