Skip to content

Articles de la catégorie ‘Portes, synanthropie, éthologie’

Et les Geais bleus, gloutons, sont venus et ont tout mangé le peu de morceaux en quelques secondes

Et la sitelle revenait et revenait, me regardant et vivant d’espérance.

Ne lui manquait que la parole. Je l’aimais.

Je l’aurais bercée.
Lire la suite

À tant annoncer sa venue par de petits cris…

La Sitelle à poitrine blanche

Enjouée sans doute, peut-être même heureuse, elle fait de moi un meilleur photographe, car j’ai tout le temps pour me préparer.

Bien rares sont les oiseaux qui permettent cela. Lire la suite

Je m’amuse avec la Sitelle à poitrine blanche

Je sais qu’elle préfère des arachides servies sur la galerie plutôt  qu’encagées dans une mangeoire métallique.

Dès lors, il me suffit de déposer une poignée de morceaux d’arachides « libres » pour qu’elle accourt rapidement. Lire la suite

Il faut que je vous parle de l’excellent ouvrage de Jacques Tassin, chercheur français en écologie végétale au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) à Montpellier, en France

J’essaierai d’y revenir le plus souvent possible, à travers mes nombreuses observations à la campagne, car l’ouvrage est capital par les temps qui courent.

Depuis Aristote, en passant par Galilée, Descartes et tant d’autres, nous nous sommes crus supérieurs, à cause de notre raison supposément, supérieurs à tous les autres vivants… et nommez-les. Lire la suite

Il est fréquent que les vivants, y compris les humains, soient capables d’être tout près l’un de l’autre

Ça se voit, il suffit de porter attention.

Je marchais avec le chat dans les herbes courtes tapissées de fleurs jaunes. Bientôt, nous arrivons dans une portion de gravier, là où aime se tenir l’Oedipode à ailes noires. Lire la suite

La sensibilité, et non la raison, est notre véritable lien avec les autres vivants

Je suis à traverser un livre fort original et bien d’actualité, une analyse sur la sensibilité de chaque vivant, de l’arbre ou de la plante à l’humain, de l’oiseau à la fleur ou à l’insecte. Lire la suite

Une des pochettes veinées de l’Argyope aurentia

Elles étaient nombreuses l’été dernier, ces araignées magnifiques. Et, avec espérance, elles avaient laissé ça et là de ces pochettes dans lesquelles elles avaient pondu leurs œufs.

J’avais bien aimé l’une d’entre elles qui m’avait reconnu.

Cet oiseau aux yeux fort intelligents est ce mangeur, fou de chardon

Contrairement à ses autres camarades Carouges à épaulettes qui picorent au sol, lui passe de longs moments à tenir d’une patte l’un de perchoirs de la mangeoire et à attraper du bout du bec graine après graine. Lire la suite

Parlons de chevaux

Voilà longtemps que je vous ai proposé des images de chevaux prises sur ma route. Certains des chevaux que je voyais sont disparus. Et d’autres ne sont pas placés pour permettre à un automobiliste prudent de stationner pour les mettre en images. Lire la suite

Retour chez Baptiste Morizot

Perdus que nous sommes dans cette abondance de nouvelles sur ce virus, vous vous souvenez ? Lire la suite