Skip to content

Sortez tambours et trompettes, voici le Bourdon ardent

De son nom scientifique Bombus fervidus, et anglais Golden Northern bumblebee.

J’ai tant cherché un ouvrage qui nous dirait quelles sont nos espèces de bourdon au Québec. Habituellement, on ne distingue jamais un bourdon d’un autre, répétant sans cesse qu’il est un bourdon.

Le mot bourdon est un terme générique. Prononcé sans d’autres qualificatifs, il ne nous permet pas de progresser dans la connaissance des bourdons québécois.

Or, enfin, j’ai pu découvrir l’ouvrage par excellence. Voici la référence : Joseph Moisan-De Serres, France Bourgouin et Marie-Odile Lebeau, Pollinisateurs et plantes mellifères, Guide d’identification et de gestion, Québec, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2014. Vous vous intéressez à la variété des pollinisateurs et aux plantes mellifères, vraiment procurez-vous cet ouvrage bien illustré, ne cherchez plus.

Et voici ce qu’on dit de ce Bourdon ardent, aussi appelé Bombus fervidus :

Ce bourdon de grande taille (14-20 mm) est reconnaissable à son corps presque entièrement couvert de poils jaune pâle. Il est l’une des seules espèces, avec Bombus borealis (non présenté dans ce guide) dont les quatre premiers segments de l’abdomen sont couverts d’une pilosité de cette couleur. Son thorax est aussi couvert de poils jaunes, à l’exception d’une bande noire qui le traverse en largeur à la base des ailes. Comme tous les bourdons, cette espèce possède une corbeille à pollen [le long de ses pattes].

Ce bourdon est généraliste et sa longue langue lui permet de récolter le nectar d’une grande variété de fleurs. Il pollinise différentes cultures, notamment le trèfle, les tomates, les bleuets, les melons, les courges et les poivrons.

Les colonies de B. Fervidus sont généralement retrouvées dans des habitats secs et ensoleillées tel que les prairies. Cette espèce niche sur la surface du sol. Les nids sont construits à partir d’éléments végétaux (herbe, mousses) ou animaux (plumes). Cette espèce est reconnue pour défendre son nid de façon particulièrement agressive.

 

Vous pouvez assurément commander cet ouvrage sur le site internet suivant.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Esther #

    Est-il le seul bourdon à nicher sous la surface du sol ? Il m’est arrivé régulièrement de voir surgir du sol un bourdon, sous un paillis que je déplace un peu dans le potager ou en nettoyant à la petite bêche une bordure un peu trop “herbeuse” à mon goût…

    7 juillet 2019
  2. Jean Provencher #

    Parmi les cinq espèces dont parle ce livre, elle serait la seule à nicher ainsi. Les autres peuvent nicher dans les arbres ou les trous de petites bêtes. On ne parle pas cependant des mœurs d’une sixième espèce, la Bombus borealis.

    7 juillet 2019

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS