Skip to content

Voici un nécrophage, le Silphe d’Amérique (Necrophila americana)

Les guides sur les insectes ne sont guère bavards à son sujet. Dans les six que je possède, seul celui de l’entomologiste amateur Yves Dubuc explique aux collectionneurs d’insectes qui il est. Et tenez-vous bien.

Je trouve magnifique ce minuscule char d’assaut, mais il faut éviter de jouer avec lui. Sa présence laisse croire qu’il y a de la chair en décomposition aux alentours.

Pour ceux qui ont le cœur solide, il est facile de trouver des silphinés en inspectant les cadavres d’animaux au bord du chemin. Étant donné leur mode de vie, il vaut mieux les manipuler avec de petites pinces plutôt qu’avec les mains. Il est préférable de tremper les spécimens dans l’alcool (au moins 70%) pour tuer les bactéries. Certaines espèces de la sous-famille des nicrophorinés sont communes au piège lumineux. Ces charognards vont enterrer les petits animaux morts pour les dévorer sous terre à l’abri des mouches qui convoitent le même butin.

Yves Dubuc, Les Insectes du Québec, Guide d’identification, Saint-Constant, Éditions Broquet, 2007, p. 124.

Il n’empêche que cette petite bête joue un rôle dans les écosystèmes forestiers et agricoles.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS