Skip to content

«Si tu veux…»

ecorce

Si tu veux retrouver ton espoir et ta force,

Laisse dormir ton front à l’appui d’une écorce.

Tout est là, dans le sol, dans l’arbre et l’horizon :

Les réponses de vie et le calme pardon.

 

C’est un peu de toi-même enfermé dans ce fruit,

Dans la pierre qui dort auprès de l’eau mouvante.

Nous avons oublié, dans la course et le bruit,

                     Le silence qui chante.

 

Alice Lemieux-Lévesque (1905-1983), L’Arbre du jour, Québec. Éditions Garneau, 1964.

6 commentaires Publier un commentaire
  1. silvana #

    Tout simplement Magnifique.

    26 avril 2016
  2. Jean Provencher #

    Et c’est doux, on dirait, très doux.

    26 avril 2016
  3. Marielle #

    Que c’est beau

    26 avril 2016
  4. Jean Provencher #

    C’est tendre comme tout, fort respectueux.

    26 avril 2016
  5. Ode #

    ” Nous avons demandé audience à la forêt et fourni le témoignage de deux merles “.

    Extrait de :

    Où vont les arbres ?
    Collection Poésie, Mercure de France
    Parution : 27-10-2011
    «L’intention de raconter les forêts de mon pays incendiées par quinze années de guerre a tourné court. Des personnages ont surgi au fil de l’écriture, ont pris d’assaut les poèmes. Enfants vêtus d’écorce. Mères faites du même bois que la table. Ils ont poussé les murs, disloqué les maisons, fraternisé avec les arbres, partagé leurs peurs et leurs jeux.»
    Vénus Khoury-Ghata

    Une lecture dont je me souviendrai toujours !

    26 avril 2016
  6. Jean Provencher #

    Merci beaucoup, Ode.

    27 avril 2016

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS