Skip to content

Des chemins à barrières jusqu’au vieux miroir, en passant par les biscuits de chez Harnois, à Joliette

document chemins a barrieres

Madame Précourt m’écrit :

Bonjour monsieur Provencher,

Je vous contacte aujourd’hui concernant votre texte qui parle des chemins à barrières au Québec.

Nous avons fait une trouvaille mon conjoint et moi hier en achetant un vieux miroir.

Au dos de ce miroir, il y avait un carton que nous avons enlevé et nous avons trouvé des textes que nous croyons être des textes de loi. Ces textes parlent de chemins à barrière et d’amendes payables en “chelins” “shelling”. Je ne sais pas si vous pouvez me donner un petit coup de pouce pour dater ces feuilles qui m’aiderait peut-être à dater le miroir?

Je vous remercie et bonne journée!

Je lui ai répondu :

Vous voilà détectives, Madame Précourt. J’ai déjà lu un article d’un Américain intitulé «The historian as a detective».

Les premières mentions sérieuses de téléphone dans des résidences ou des magasins remontent aux années 1880. Il faudrait connaître où est ce magasin Harnois. Et s’il nous propose son numéro de téléphone, c’est qu’il y a assez de gens dans sa communauté qui ont le téléphone pour qu’il possède lui-même le téléphone.

Le système des chemins à barrières fut aboli en 1916. On le retrouvait surtout dans les villes pour aider à financer la voirie municipale (rues, chemins, ponts). Mais ça causait toutes sortes de problèmes au personnage qui devait percevoir, à la barrière, les frais de passage. Certains se sont même fait battre. Quel métier !

Ne vous fiez pas trop à l’âge des papiers, ils peuvent être beaucoup plus anciens que le cadre, car on n’avait plus guère d’estime alors pour ces vieux papiers en démembrant le journal ou le livre où ils étaient.

Pour votre miroir, est-ce 1890 ? 1900 ? Il faudrait savoir le nom de la municipalité où se trouvait Harnois. Avec cela, je pourrais (peut-être) être plus précis.

* * *

Oups ! Je viens de voir Joliette sur votre carton de Harnois. Joliette a eu le téléphone en 1888. Petite communauté de 4000 personnes. Et les gens en furent absolument fous. Ils y passaient des heures à placoter. À mon avis, votre miroir ne peut être antérieur à 1888.

Si c’est un miroir manufacturé, il peut parvenir de Montréal. Ou, qui sait, de Joliette, si quelqu’un y possédait une petite manufacture de biens de maison.

Cordiales salutations. Bonne chance.

 

Et j’ai rajouté ce courriel :

P. S. Madame Précourt, je viens de trouver que 1888 fut une bien grosse année à Joliette. L’Étoile du Nord du 8 novembre 1888  écrit :

Bien grande année 1888 à Joliette : le téléphone, l’électricité, une nouvelle station de pompage, parachèvement du collège, nouvelle bâtisse pour la manufacture de biscuits, etc.

Et cette manufacture de biscuits mentionnée était sans doute celle de Harnois. Nous brûlons, nous brûlons.

 

Chose certaine, il ne serait pas hasardeux de croire que cette pièce vient bien de la région de Lanaudière.

biscuits harnois

8 commentaires Publier un commentaire
  1. Marie #

    Merci Monsieur Provencher! :) Votre réponse m’encourage à continuer de faire des trouvailles et à continuer d’avoir autant d’amour pour l’histoire de notre province!

    21 février 2016
  2. Jean Provencher #

    Bravo à Vous, chère Marie ! C’est toujours passionnant de mener une recherche sur un objet comme votre miroir. Petit fil par petit fil, lentement le chandail de laine se précise. Bravo ! Et vous avez vu, toutes les pièces étaient importantes pour nous permettre de cheminer.

    21 février 2016
  3. Frank Barro #

    Je me souviens de mes années de collège au séminaire de Joliette entre 1945 et 1952 et l’on nous offrait de délicieux biscuits Harnois, cette biscuiterie était située sur la rue Manseau. Une biscuiterie très réputée.

    4 septembre 2017
  4. Jean Provencher #

    Vous m’en mettez l’eau à la bouche. Je me demande d’ailleurs si ces biscuits n’étaient pas distribués, mis en vente jusqu’à Trois-Rivières !

    4 septembre 2017
  5. Jocelyn Harnois #

    Bonjour M. Provencher,
    Votre photo de boîte de biscuit m’a rappelé de beau souvenir.
    J’ai passé une partie de mon enfance dans cette biscuiterie ( année 61-71). Je suis “un” des petits petits fils de Ernest Harnois.
    La biscuiterie était plutôt au 285 rue St-Charles-Boromée, aujourd’hui Biscuirerie Dominic Inc.

    4 janvier 2019
  6. Jean Provencher #

    Formidable, Monsieur Harnois, votre témoignage. Merci beaucoup.
    Et bonne année 2019.

    4 janvier 2019
  7. Marcel Viens #

    Bonour Mr Provencher,
    Mes recherches m’ont amenées à l’ouverture de la 1ère biscuiterie de Joliette soit celle de L.Z. Magnan en 1876. Le bâtiment à été modifié à quelques reprises donc, sûrement en 1888 et à été détruit par un incendie en 1913.

    Pour ce qui est de la Biscuiterie Harnois, elle a été fondée en 1933 incendiée en janvier 1936 réouverte en avril de la même année et en opération jusqu’en 1999.

    J’aurais aimé inclure des photos mais je n’ai pas réussi !

    14 décembre 2019
  8. Jean Provencher #

    Ô Merci infiniment, cher Monsieur Viens ! Formidable ! Les biscuits dans nos vies quotidiennes étaient tellement importants, du moins dans nos vies d’enfant. Personnellement, j’en garde un bien bon souvenir.

    14 décembre 2019

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS