Skip to content

À vous, historienne, historien, du monde du travail autonome

François-Xavier Garneau, premier historien québécois

D’honnêtes gens vont vous proposer sous peu, si ce n’est pas déjà fait, de prononcer des conférences en histoire, bénévolement, dans quelques bibliothèques de Québec.

Attention. Choisissez votre bénévolat. Ces personnes bien munies venues du choix de vie qu’elles ont fait ne sont pas celles qui défendent le choix que nous-mêmes avons fait. À Montréal, il y a des associations et des agents pour défendre le peu que nous sommes. À Québec, c’est le désert.

Aussi, soyez fort prudente, soyez fort prudent, car c’est certain qu’ouvrant la porte à une pareille proposition, nous nous engageons dans une vie encore plus modeste : carrément le travail sans rétribution.

Vous voulez qu‘on en cause, ne vous gênez surtout pas. Vous pouvez me rejoindre juste au bout d’un clic : blogue@jeanprovencher.com Votre propos tombe dans ma boîte de courriels.

J’ai beaucoup pris la route, à Québec comme hors de Québec, pour des conférences, des rencontres-échanges et de nombreux autres travaux en histoire. D’ailleurs, je m’apprête à repartir pour Baie-Saint-Paul, Bécancour, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Carter et Saint-Augustin-de-Desmaures. Pour quelques conseils à ce sujet, n’hésitez pas.

Tenons bon ! Soyons solidaires !

Vous aurez compris qu’il ne faut pas attendre de ces bonnes gens qu’elles défendent notre choix de gagner notre vie en histoire dans l’autonomie.

 

Au sujet de ce billet, mon fils Sébastien m’écrit :

J’ai partagé ton billet sur Facebook. Ce phénomène touche tous les travailleurs autonomes, qui se font demander très souvent de faire du bénévolat. On le voit aussi dans les entreprises qui embauchent des “stagiaires” et qui ne les paient pas. J’avais blogué là-dessus il y a un an: https://www.linkedin.com/pulse/how-quickly-find-startup-intern-sebastien-provencher

 

Solidarité ! Solidarité ! Battons-nous !

Dans notre capitale nationale, on peut faire la rencontre de François-Xavier Garneau à proximité de la porte Saint-Louis, tout juste à l’extérieur du Vieux-Québec. S’il en est un qui s’est tenu debout, fièrement, c’est bien lui, le premier. Vous le savez.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Silvana #

    Tout à fait d’accord. Résistons!

    9 février 2016
  2. Jean Provencher #

    Vraiment, il le faut, chère Silvana. Ces gens ne prendront pas notre défense, bien au contraire.

    9 février 2016

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS