Skip to content

Que sont les cretons ?

cretonsVoilà que le chroniqueur Léon Ledieu, dans Le Monde illustré du 31 octobre 1885, fait dans les cretons.

L’autre soir, en causant cuisine, une discussion s’éleva à propos des gretons, quelqu’un dit : «On a tort de prononcer ce mot avec un g puisqu’il s’écrit cretons.»

D’autres contestèrent la valeur de cette observation, et on décida de s’en rapporter au dictionnaire.

On avait sous la main le «Dictionnaire classique universel» de Bénard, et on cherche. On trouve cretons.

Rien d’extraordinaire à cela; mais ce qui l’est plus, c’est la définition donnée par M. Bénard. Je copie :

Cretons, sm. pl. Résidu de la fonte de suif, des graisses qu’on met en pain, pour la nourriture des chiens de basse-cour.

Bouillet, dans son dictionnaire des sciences, dit :

Cretons (origine inconnue). Résidu des pellicules que contenait le suif avant qu’on l’eut fondu; on en fait des pains pour les chiens de basse-cour et les chiens de chasse. Les corroyeurs et les hongroyeurs s’en servent pour adoucir les cuirs.

Voilà des auteurs qui sont bien renseignés ?

Quant au mot hongroyeurs, que je vois pour la première fois, et vous aussi, sans doute, il se dit de celui qui prépare les cuirs, dits cuirs de Hongrie.

 

L’illustration du plat de cretons, bien appétissant et qu’on ne donne jamais aux chiens au Québec, provient du site Mes obsessions gourmandes, le blogue culinaire de Catherine.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Plus qu’intéressant cet article sur les cretons. À partir du sens ancien, on a donné une nouvelle signification au mot en français du Québec, en même temps que l’innovation culinaire qui nous est particulière, on dirait. Le terme désignait aussi les menus résidus de panne de porc frite (Trésor de la langue française)

    J’étais intriguée par la prononciation “gretons”, mais déjà dans les Dictionnaires anciens, on note la variante “grattons”. On l’avait peut-être entendue ici. Gretons serait une transcription de l’oral. On peut le supposer.

    Merci Jean, passionnant, l’histoire des mots, et en plus vous nous avez donné une attestation d’une prononciation ancienne que l’on ne trouve pas dans les dictionnaires

    26 octobre 2015
  2. Jean Provencher #

    Comment Vous remercier, chère Christiane, pour ces réflexions éclairantes sur ce mot, qui nous permettent de progresser.

    26 octobre 2015
  3. alain gaudreault #

    Certain le prononce,¨Queurton¨!

    27 octobre 2015
  4. Jean Provencher #

    C’est bien vrai !

    27 octobre 2015

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS