Skip to content

L’histoire se passe à Sorel

corneille deuxFait remarquable : depuis le commencement de l’hiver, on a observé que quatre ou cinq corneilles n’avaient pas émigré l’automne dernier et avaient pris leurs quartiers d’hiver dans les pins près de l’église.

On se demande si c’est un signe que le printemps sera hâtif.

Le Sorelois, 14 février 1882.

3 commentaires Publier un commentaire
  1. Ode #

    ” Rien n’est plus difficile à distinguer qu’une corneille d’une autre corneille. Si j’ai fini par reconnaître Jeannot, c’est qu’il ne manquait jamais, les jours où chante le vent du sud-ouest, de venir se poser à la fine pointe de mon cerisier de Pennsylvanie pour s’y laisser longuement bercer, l’arbre sous ce vent d’été n’étant que balançoire dans le ciel.” – Gabrielle Roy – Cet été qui chantait –

    On a hâte de le voir arriver Jeannot pour, à tout le moins, nous annoncer la venue du printemps !!! Nous inspirera-t-il autant de poésie ???

    22 février 2015
  2. Jean Provencher #

    Voyons voir ! C’est pour bientôt.

    22 février 2015
  3. Esther #

    Depuis une semaine environ, des corneilles viennent visiter un bac à compost où je dépose de la “matière” à longueur d’hiver. Elles se sont même fait entendre joyeusement samedi matin vers 8h… Vous avez raison, c’est pour bientôt !

    23 février 2015

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS