Skip to content

Retour sur le serpent de monsieur Picard

serpent a gentilly

Il y a peu, on parlait du serpent d’Hochelaga. Monsieur Picard se demandait s’il y avait vraiment un serpent dans sa cave et un cordonnier lui avait conseillé de lui servir du whisky. Finalement, le whisky disparut, mais il n’y eut pas de trace de serpent. L’article paraissait dans La Patrie de 4 novembre 1884.

Mais voilà que l’histoire se prolonge grâce à La Gazette de Joliette qui reprend un propos du journal L’Électeur à la même date, le 4 novembre 1884.

À Hochelaga, rapporte L’Électeur, sur le témoignage de personnes dignes de foi, un serpent a élu domicile depuis quinze jours dans la cave de M. François Picard, boucher, résidant en face des villas de M. Rolland.

Ce reptile, qui a quinze pieds de long [quatre mètres et demi] et une circonférence d’environ huit pouces [20 centimètres], a pénétré dans la cave par la bouche d’un soupirail à effleurement de terre. M. Ernest Picard, âgé de 20 ans, a vu le monstre dans la cave. Il était enroulé sur lui-même et son corps formait quatre anneaux.

Mlle Rosanna Harnois, pensionnaire chez M. Picard, déclare qu’elle a vu le monstre et qu’il grinçait des dents. Le serpent n’est pas toujours dans la cave de M. Picard. Il fait des promenades hors de la maison, des promenades qui durent jusqu’à trois jours, mais il revient toujours à sa place de prédilection.

M. François Picard dit qu’il a tendu un piège à renard pour attraper son sinistre visiteur.

 

L’illustration d’un «pseudo-serpent à la gare de Gentilly», une photographie de Neuville Bazin en 1948, est déposée à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Québec, Fonds ministère de la Culture et des Communications, Office du film du Québec, Documents iconographiques, cote : E6, S7, SS1, P63941.

3 commentaires Publier un commentaire
  1. Esther #

    Une histoire assez rocambolesque ! Sommes-nous moins crédules aujourd’hui ? À tout le moins, nous pouvons plus facilement vérifier…
    Un serpent qui “grince des dents”, me semble que ce n’est pas courant !

    29 novembre 2014
  2. Jean Provencher #

    Dans ces journaux d’hier, Esther, il y a vraiment de ces histoires incroyables, absolument étonnantes. Pour quelles raisons ? Mystère. Crédulité ? Peut-être. Mais peut-être que ça fait vendre aussi. Car, à l’époque, il y a franchement plus de journaux qu’aujourd’hui, la concurrence est forte.

    29 novembre 2014

Trackbacks & Pingbacks

  1. Nouveau voyage dans le monde des serpents de mer | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS