Skip to content

Éloge du silence

S’il est un culte qui, de nos jours surtout, compte peu d’adeptes : c’est bien le culte du silence. Hello a écrit avec raison que notre siècle est le siècle de la Parole. Bonne ou mauvaise, dit-il, la Parole remplit notre air. Une des choses qui nous caractérisent, c’est le tapage. Rien n’est plus bruyant comme l’homme moderne, il aime le bruit. Il veut en faire autour des autres. Il veut surtout que les autres en fassent autour de lui. Le XIXe siècle parle, pleure, crie, se vante et se désespère. Il fait étalage de tout.

Lui qui déteste la confession secrète, il éclate à chaque instant en confessions publiques. Il vocifère, il exagère, il rugit ! Aussi, qui pourrait énumérer les ravages et les ruines que la langue humaine cause dans la société ! Combien peu pensent à la responsabilité à laquelle les expose le torrent quotidien de conversations, de bavardages, dont le moindre mal est la futilité !

Si les chrétiens actuels n’étaient pas si ignorants des choses de la religion, ils sauraient ce que l’apôtre Saint Jacques a dit de la langue et de sa désastreuse puissance. Ils sauraient aussi que l’Église a ses saints silencieux, ses monastères silencieux. Au silence, elle reconnaît une vertu qui fait germer et mûrir les grandes pensées et les actions viriles. Impossible, pour ainsi dire, de rien faire de bon sans le silence; c’est pour cela qu’il est une partie importante du règlement de vie dans les collèges, les couvents et même les simples écoles.

 

Texte non signé extrait de La Gazette de Joliette, édition du 6 septembre 1893, p. 2

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Marielle #

    Je dirais que la maxime:” Se tourner la langue sept fois avant de parler” devrais toujours être de mise.
    Très belle photo bien sûr, puisque c’est mon chez moi.
    Marielle

    14 septembre 2012
  2. Jean Provencher #

    Absolument, chère Vous ! Et j’aime quand la personne écrit : « Combien peu pensent à la responsabilité à laquelle les expose le torrent quotidien de conversations, de bavardages, dont le moindre mal est la futilité ! » Futilité, véritable pollution.
    P.S. Vous habitez un bien beau chez moi alors.

    14 septembre 2012
  3. Même si j’ai la parlotte facile, je me sens souvent étrangère à ce monde trop bavard dans lequel nos sens sont sans cesse sursollicités. Y’a d’quoi devenir fou. Et puis quand c’est pas l’humain qui ouvre le clapet, ce sont ses machines (tondeuse, souffleuse à neige, à feuilles, moto, camions…), comme un prolongement de son ego qui carbure au bruit. Le silence est une denrée rare par les temps qui hurlent. Cette pollution, elle se trouve aussi dans les médias, dont journaux offerts dans le métro. Trop de mots, trop de mots négatifs aussi… et on gobe ça, l’air de rien, puis le mental s’emballe et on se demande pourquoi ça ne tourne plus rond dans la tête. Mais on persiste à s’entourer du bruit, comme s’il réconfortait, en quelque sorte, l’ego anxieux. Ainsi, cet incessant tintamarre se perpétue à bouche que veux-tu?!
    -Que veux-tu? Bonne question ça…
    -Je veux que la ville se taise un peu, afin que nous puissions goûter au silence apaisant de la vie ;-)

    Merci pour ce rappel de l’Éloge au silence cher Jean

    18 septembre 2012
  4. Jean Provencher #

    Merci à toi, chère Karo. En effet, nous vivons dans tant de bruits, tant de bruits !

    18 septembre 2012

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS