Skip to content

Nos hommes forts

Le Québec a connu un grand nombre d’hommes forts au fil du temps. De Jos Montferrand à Hugo Girard. Certains d’entre eux ne sont guère passés à l’histoire. Qui connaît Narcisse Ménard, par exemple ?

Dans un article du 17 décembre 1901, intitulé Nos Hommes forts. M. Narcisse Ménard vient de mourir à Ste-Agathe, le journal La Patrie écrit :

M. Narcisse Ménard vient de mourir subitement à Ste-Agathe. Il fut l’ami et le compagnon de voyage du curé Labelle à travers les forêts et les lacs du nord. Tous deux firent de nombreuses excursions dont il serait intéressant d’écrire l’histoire.

Et au sujet de ces deux pionniers de la première heure, il nous revient une anecdote que nous empruntons au Nord de 1892.

Ménard avait une constitution de géant, et volontiers il se mesurait avec les forts-à-bras qu’il rencontrait en ses courses par le nord. Sa réputation de boulé était établie, et l’on se gardait bien de lui engendrer chicane.

Or, un jour, le curé Labelle et Ménard canotaient et jasaient. Ménard faisait le fanfaron, et le curé se montrait particulièrement taciturne. Tout-à-coup M. Labelle, fatigué des vantardises de son interlocuteur, s’écria : Toi, mon Ménard, je te ferais boire l’eau du lac. Et le propos en resta là.

Dans l’après-dinée, on atteignit la décharge du lac, et une tente fut élevée sur la rive. Ménard, parti en quête de fagots, revenait au campement, quand il rencontra le curé Labelle qui lui mit la main dessus et s’écria : C’est le temps, mon Ménard. La lutte s’engagea, et fut terrible. M. Labelle finit par l’emporter et Ménard dut boire de l’eau du lac. Ce combat entre les deux hommes réputés les plus forts de la région est demeurée célèbre dans les annales du nord.

Source de l’image montrant le monument rendant hommage au curé Antoine Labelle (1833-1891) à Saint-Jérôme : Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Québec, Collection Centre d’archives de Québec, Documents iconographiques, cote P1000, S4, D19, P156. Il s’agit d’une photographie prise par Edgar Gariépy en 1923.

Pour la biographie d’Antoine Labelle rédigée par Gabriel Dussault, voir la page suivante du Dictionnaire biographique du Canada : http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=6204

3 commentaires Publier un commentaire
  1. Normand Lacombe #

    Je pense que chaque région a son ou ses hommes forts. Que l’on pense à Louis Cyr, Jos Montferrand… Victor Delamarre, ici à Québec. Les frères Baillargeon qui ont maintenant leur musée à Saint-Magloire dans la Beauce. Et à Deschaillons, le long de la 132, la “Roche à Mailhot”, transformée en monument, rappelle les exploits de Modeste Mailhot dont on peut lire l’histoire ici : http://www3.sympatico.ca/rmmayette/modeste.htm

    20 décembre 2011
  2. Jean Provencher #

    Merci, cher Normand. Il y avait aussi un Mailhot, célèbre à Québec, au parcours bien original, homme de cirque, mais sans lien de parenté avec ce Mailhot de Deschaillons. Il s’agit de Nicolas-François Mailhot. On peut lire sa biographie dans le Dictionnaire biographique du Canada à l’adresse suivante : http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=2994

    20 décembre 2011

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS