Skip to content

Articles de la catégorie ‘L’histoire’

L’obscurité d’un soir d’automne

Tout le monde se plaint de l’obscurité de nos rues, qui deviennent réellement dangereuses par ces sombres et brumeux soirs d’automne, mais personne ne semble se douter qu’avec un peu de bonne volonté nous pourrions, à l’instar d’autres localités, nous payer le luxe d’un peu de lumière. Lire la suite

L’Angélus de Millet en voyage

C’est complexe de faire voyager un grand tableau. Lire la suite

Les framboises, elles, se portent très bien

Le téléphone à Montréal en 1884

Au téléphone

 

Allons donc voir la centrale téléphonique où convergent les 1 250 « connexions » des 50 abonnés.

Lire la suite

Mais le poète, triste de voir s’envoler l’été, s’y fait

Âgé de 44 ans, il sait depuis un moment qu’après le temps libre estival, il faut se ré-atteler.

Allons ! nous voilà revenus à la ville, et, de nouveau, nous allons reprendre le bât sacré du travail, la tâche de chaque jour virilement accomplie.
Lire la suite

À Chicago, on élève une statue à René-Robert Cavelier de La Salle

Rouennais d’origine, cet explorateur français (1643-1687) descendra le Mississippi et en découvrira les bouches. En 1889, on lui élève une statue à Chicago. Lire la suite

Pour enfant

Décidément, notre poète trouve difficile la venue de l’automne 1884

Déjà, hier, il était tristounet, le voilà maintenant franchement nostalgique. D’abord, il s’adresse au fleuve. Lire la suite

Courir les cimetières pour se trouver des fleurs

Cela se passe dans les deux cimetières catholiques de Québec

En dépit des remontrances qui leur sont adressées du haut de la chaire, des personnes sans scrupules continuent à voler les fleurs et à emporter même des rosiers tout entiers pris sur les tombes, dans les cimetières Belmont et St-Charles.

 Cela est simplement une indignité. Lire la suite

Un vendeur d’éponges dans les rues de Trois-Rivières

Un colporteur, surchargé d’éponges, a fait son apparition dans nos rues, la semaine dernière.

Notre industriel, qui nous a paru appartenir à la nation italienne, s’en allait de maison en maison, offrant sa marchandise d’un nouveau genre.

Nous avons déjà eu le colporteur de ballons pour enfants, le colporteur de chromos, etc., etc. Lire la suite