Skip to content

Articles de la catégorie ‘La nuit’

Quand Hermann Hess était aussi poète

L’œuvre de ce romancier, essayiste, et peintre (1877-1962) né en Allemagne et obtint la nationalité suisse en 1924, connut une véritable renaissance au cours des années 1960 et 1970. On s’échangeait ses ouvrages comme Siddhartha (1922), Le Loup des steppes (1927), Narcisse et Goldmund (1930) et Le Jeu des perles de verre (1943).

Peu savaient qu’il fut aussi poète. Voici. Lire la suite

Du poète Albert Lozeau

L’étoile Lire la suite

Il fut un temps où la fougère avait bien mauvaise réputation en France

Le biologiste et botaniste Jean-Marie Pelt l’évoque.

Au Moyen Age, la fougère était considérée comme une plante peu fréquentable : les squames brunes et les amas de spores rougeâtres sous ses frondes la firent suspecter de quelque commerce sacrilège avec  le Malin, dont on sait qu’il roussit tout ce qu’il touche.
Lire la suite

Enfin les transatlantiques peuvent naviguer la nuit sur le fleuve Saint-Laurent

Le « Sicilian », ligne Allan, capitaine Fairful, est entré dans notre port, hier soir, un peu après neuf heures.

Jamais, assure-t-on, un transatlantique n’est arrivé aussi tard à Montréal. Lire la suite

Le journaliste et écrivain français François Bott et ses aphorismes

Déjà, nous y sommes venus à quelques reprises. Retournons sur les lieux.

Lorsqu’ils accusent trop leur âge, certains visages sont des réquisitoires contre le temps.
Lire la suite

En leur temps, les poètes québécois étaient tout à fait frères de certains poètes français

Je pense à Louis Mercier (1870-1951), par exemple, et à Henri Ghéon (1875-1944).

De Louis Mercier, le recueil Voix de la terre et du temps, publié en 1903, propose souvent des lignes s’apparentant à celles de certains de nos poètes. Voyez ce court poème : Lire la suite

L’importance de la brunante pour nos oiseaux migrateurs

Vous vous intéressez vraiment aux oiseaux, procurez-vous l’ouvrage de Jennifer Ackerman. Je vous en avais parlé le 6 février. Il y a tant d’infos nouvelles qu’à un moment donné, la journaliste scientifique doit ralentir le rythme, dirait-on, tant elle est heureuse.

Voici le genre de nouveauté, pour moi du moins, qu’elle nous donne à partager.

L’oiseau voyageur, le migrateur, doit se construire par l’apprentissage une ou quelques cartes mentales. Lire la suite

Retrouvons-nous en Hongrie, humble pays à la grande civilisation, en particulier aux écrivains remarquables

Gyula Krûdy (1878-1933) est l’un de ceux-là. L’historien de la littérature hongroise, György Tverdota, qui enseigne à l’université de Miskolc, une ville très ancienne, à l’occupation humaine depuis 70 000 ans, affirme qu’au tournant du 20e siècle, alors que les écrivains hongrois ont le devoir de traiter de problèmes nationaux ou sociaux, « de situer explicitement leurs personnages dans une situation sociale, de souligner leur rôle dans la cité », Krûdy, lui, fait route à part. Lire la suite

Voici le temps des sucres

Les sucres, de Henri Julien, La Patrie, 1er mars 1902

Encore quelques jours et l’on « entaillera » dans le sud de la province.

Puis, à mesure que les souffles attiédis envahiront le nord, toute la région des érablières suivra l’exemple. Partout ce sera le bon « temps des sucres ». Lire la suite

« La nuit de la Saint-Jean »

Que d’images magnifiques liées à la vie de la Nature !

 

Le vent envoûté cesse.

Le soleil du soir gorge la forêt. Lire la suite