Skip to content

Articles de la catégorie ‘Arbuste, arbre et forêt’

Avec ces grandes chaleurs humides, ma campagne présente les parfums du maquis de la Corse en septembre

Et le Monarque (Danaus plexippus plexippus, Monarch) est toujours là à rôder, mais jamais ne se pose. Lire la suite

Voici le Géomètre noir du bouleau (Rheumaptera hastata, Spear-Marked Black Moth)

Au premier instant, rapidement, le noir et le blanc dominant, on pense à un petit Amiral, l’insecte-emblème du Québec. Mais non. Le gouvernement fédéral lui donne le nom de Géomètre noir du bouleau. Lire la suite

Les fruits de l’aubépine

Jamais cependant n’arrivent-ils à terme. Ils tombent au sol avant la fin complète du mûrissement. Lire la suite

Pourquoi ne pas penser à un grand arbre à la place d’un paratonnerre

Un grand arbre près de la maison ou de la grange est une protection suffisante contre le tonnerre. Non seulement il épargne la dépense d’un paratonnerre, mais il lui est infiniment supérieur. Lire la suite

Les Cerisiers de Virginie connaissent un gros été

Au Québec, on préfère plutôt l’appellation de « Cerisier à grappes » (Prunus virginiana, Choke Cherry)

D’ailleurs, pourquoi avoir ajouté à un bon nombre de vivants le qualificatif de Virginie ? Lire la suite

Voilà le tout premier Sumac vinaigrier à faire des fruits sur le terrain

Il aura mis tout juste un peu plus de deux ans pour atteindre cette étape. Lire la suite

Finalement, elles sont huit

Les trois premières plastronnant dès le départ. Et cinq autres bien camouflées.

L’été n’est pas aux groseilles à maquereau. Lire la suite

Dans la série « Les inventions de la vie » (128)

Le Ganoderme aplani (Ganoderma aplanatum).

Un nouvel espace d’observation

Ma grange s’est écrasée en février 2015. Sous le poids de la glace. Plutôt que le découragement, j’ai pris le pari d’observer comment se comporterait maintenant ce milieu. Lire la suite

« Les Pins qui chantent »

Le poète et dessinateur Albert Ferland (1872-1943) a publié de 1908 à 1910, chez Déom Frères à Montréal, un recueil de poésie en quatre tomes. Et, sauf lorsque l’auteur verse dans quelques bondieuseries et à la condition d’accepter qu’il chante presque toujours la campagne et les bois, l’ouvrage a bien traversé le temps. Lire la suite