Skip to content

Articles de la catégorie ‘Littérature’

Des haïkus de Carleton-sur-Mer, en Gaspésie

L’auteure France Cayouette vit à cet endroit, dit le quatrième de couverture de son livre. Pour le haïku, il peut être important de mentionner le lieu de vie de l’auteur, car souvent il décrit en quelques mots un instant qui peut prendre les couleurs de l’endroit.

Mais qu’importe, voici quelques haïkus de cette dame du bord de la mer : Lire la suite

Un Romain épris des choses de la Nature

Nous avons déjà évoqué ce poète philosophe, il y a bientôt trois ans. Mon ami Simon nous avait mis sur la piste de son grand et unique livre disparu pendant plus de 1000 ans.

Cet homme, Lucrèce, vivant dans le siècle violent qui précéda la naissance de l’Enfant, a trouvé refuge, a trouvé santé dans la Nature. Comme l’écrit son préfacier Henri Clouard, il avait été, étant jeune, témoin de massacres, et « assista au déchaînement des pires ambitions et entendit souvent le tumulte des émeutes ». Lire la suite

Connaissez-vous Mark Twain ?

Nous avons évoqué à quelques reprises cet humoriste, romancier et critique social américain (1835-1910), comme le définit mon ami Malcolm Reid. Personnellement, il me fait penser à l’acteur, humoriste et réalisateur américain Bill Murray.

L’éditeur français Cherche Midi vient de publier en 2016 un ouvrage sur ses pensées rassemblées par Hélène Emeret et choisies et présentées par Franz-Olivier Giesbert. Le tout est bâti selon une suite de mots par ordre alphabétique. Voici une bonne idée du ton des écrits de cet homme. J’aime beaucoup. Lire la suite

Dans le quotidien montréalais Le Canada, édition du 5 mai 1903

Le gué

Il fallait passer la rivière,

Nous étions tous deux aux abois.

J’étais timide, elle était fière,

Les tarins chantaient dans les bois. Lire la suite

Un poème de circonstance

Hier après-midi, avait lieu, au salon mortuaire, la rencontre de celles et ceux qui ont connu et aimé l’homme de théâtre Paul Hébert, puis on célébrait ses funérailles à 17 heures. Je vous racontais, il y a quelques jours, mes huit mois de vie avec lui durant l’année 1973 pour l’écriture de la pièce de théâtre Québec, Printemps 1918. Lire la suite

Si vous êtes en quête de réflexions intéressantes sur le cheminement, ne vous attardez pas au premier venu

Passez tout de suite aux grands, la vie est courte, fort courte.

En 2008, l’écrivain et essayiste universitaire Normand Baillargeon et les Éditions du Noroît nous ont proposé une bien grosse pointure : Rabindranath Tagore, Bengalais. La sagesse indienne à notre portée.

D’abord, quatorze pages d’introduction où le Québécois nous présente le personnage. Puis nous prenons la route. Lire la suite

Arrêt sur Dai Wangshu

Un ouvrage me met sur sa piste, petit livre de poèmes choisis traduits du chinois et présentés par Yan Hansheng (1902-1993) et Suzanne Bernard (1932-2007).

Wangshu a eu une courte vie. Né en 1905 à Zhejang, en Chine, il décède à Beijing en 1950. Suzanne Bernard, écrivaine et critique littéraire française, sait bien nous le rendre dans la préface du livre. Lire la suite

De l’hebdomadaire Le Courrier de Saint-Jean du 22 avril 1898

À nouveau un poème échappé dans les colonnes d’un journal

Et souvent, il faut le noter, si ces textes ne sont pas à l’eau bénite, ils ont pour thème la nature ou l’amour.

Ici, Nérée Beauchemin, le poète de Yamachiche, près de Trois-Rivières, fait l’éloge d’avril. Et du rossignol. Lire la suite

Au temps où les poètes d’ici chantaient la femme

Au tournant du 20e siècle, un peu avant, un peu après 1900, plusieurs journaux québécois diffusent dans leurs colonnes des poèmes. Et beaucoup de ces derniers tiennent du chant d’amour rédigé par un homme adressé à une femme dont nous ne connaissons qu’une initiale de son nom.

Celui-ci est de J. W. Poitras. Extrait. Lire la suite