Skip to content

Articles de la catégorie ‘Chanson’

Les étudiants défilent

En 1900, au cours de l’année scolaire, à Montréal et à Québec, les étudiants, de langue française comme de langue anglaise, défilent dans les rues, souvent pour fêter leur saint patron ou un anniversaire quelconque. Lire la suite

La nouvelle paraît dans le quotidien montréalais Le Canada, édition du 6 octobre 1903

En cette journée, pourquoi pas un grand ?

Un immense. Paco Ibanez.

Voir la page du site interactif de Fred Hidalgo qui lui est consacrée.

La photographie provient de ce site d’Hidalgo, Si ça vous chante.

Ouverture avec éclat de ce qui deviendra le Capitole de Québec

La dépêche est datée du 31 août. Lire la suite

Saint-Césaire, vous avez un héros (second de trois billets)

Nous revoici à Saint-Césaire, conversant avec monsieur Antoine Gagné, dit Bellavance, 104 ans. Il nous disait hier que Dieu a probablement oublié de venir le chercher. Le journaliste lui demande s’il a souvenir de la révolte des Patriotes de 1837.

« Oui je m’en rappelle bien, fait le vénérable vieux. On n’était pas nombreux à Saint-Césaire dans le temps et je pouvais avoir 35 ans. Lire la suite

L’historien Benjamin Sulte raconte l’hiver québécois aux Français de France (troisième de trois billets)

Nous revoici dans ce grand périple sur l’hiver québécois selon l’historien Benjamin Sulte. On pouvait lire, dans leur version intégrale, les deux premiers billets hier et avant-hier. Lire la suite

Longtemps, au Québec, le lundi était jour de lavage

Même beau temps mauvais temps. Par beau temps, on voyait se colorer les cordes à linge. Par mauvais temps, on étendait les « drapeaux », disait-on, dans la maison. Que reste-t-il de cette coutume ? Lire la suite

«  N’allez pas quand vient le soir…. »

Deux jeunes gens s’aiment d’amour tendre et se courtisent depuis trois mois. Ce sont Arthur Luther, journalier, demeurant sur la rue Stanley, et Mathilde Wooding, dont les parents demeurent rue Barclay.

Or, hier soir, les deux amoureux sont allés faire une promenade près de la montagne et, en revenant par l’avenue Delorimier, se sont assis au pied d’un arbre. La nature endormie, la lune à demi voilée, qui était leur unique témoin, tout enfin portait aux épanchements. Lire la suite

Pourquoi le Québec n’officialiserait-il pas une cueillette de nos grands chants populaires ?

Extrait d’un billet non signé faisant la une du quotidien montréalais La Patrie à l’été 1891 sous le titre « Chants populaires normands ».

 Si tous les livres d’un peuple étaient perdus, on pourrait reconstruire l’histoire de ce peuple au moyen de ses chants populaires que les paysans et les artisans se transmettent de génération en génération à travers les siècles. Lire la suite

On vient de mettre en ligne 25 000 78 Tours

Un lot d’archives chantantes, quoi.

Voici l’adresse générale de ces pièces digitalisées par Georges Blood.

Un exemple ? La grande Eartha Kitt qui interprète Sous les ponts de Paris. Lire la suite