Skip to content

Articles de la catégorie ‘L’écureuil, le tamia’

La maison est un abri, un lieu d’observation

Même pour eux.

Nous vivons la synanthropie. Lire la suite

Une bien étrange saison 2018

Les parents ont eu des enfants et sont partis, me les laissant.

Ce jeune Écureuil roux est toujours là, sans récriminer. Lire la suite

Et ce petit écureuil roux de l’année ne me houspille toujours pas

Il ne manque pas cependant de chanter pouille à deux de sa sorte apparus depuis peu dans le décor. Lire la suite

J’aime le jeune Écureuil roux de l’année

Durant une opération d’observation, je marchais bien loin de la maison quand j’entends pour la première fois les cris de ce jeune à l’avant. Lire la suite

Ce petit mâle de l’année est toujours silencieux à mon égard, contrairement aux écureuils plus âgés

Mince, il n’a pas la corpulence des écureuils souvent gavés des villes. Lire la suite

Le voici, toujours un des deux petits de l’année, toujours aussi sage, sans jamais me houspiller, se promenant à mes pieds

Je n’ai pas revu l’autre depuis un moment. Et lui trouve le temps bien chaud. Lire la suite

Ce milieu m’a appris aussi la mort

À maintes reprises. De diverses manières. Cette abeille reposant sur les pétales d’une marguerite. Les papillons aux ailes échancrées, à la vie de cinq ou six semaines, et qui disparaissent tombant au sol de vieillesse. Lire la suite

Un été silencieux

La Paruline masquée continue son questionnement heureux : Lui dis-tu ? Lui dis-tu ? Lui dis-tu ? Lui dis ? Le Bruant chanteur précise sa présence auprès de l’écho quand le temps est mort. Les Geais bleus, muets depuis la fin de l’hiver, viennent de retrouver leurs cris perçants.

Mais voilà la premier été où je ne me fais pas houspiller par des écureuils roux. Allez savoir pourquoi les adultes, autant chez les écureuils que les tamias, sont partis, disparus, et m’ont laissé les enfants. Lire la suite

Un des deux jeunes écureuils de l’année attend au dernier moment pour lâcher prise

Ici, il saute en bas de la galerie.

L’une des deux écureuils femelles qui allaitaient a accouché de deux petits

Les voici. L’un d’eux prend déjà l’habitude de sa mère de se poser sur le ventre. Il est vrai qu’il fait 33 degrés Celsius.

Comme à l’habitude la première année, la présence humaine ne les effraie pas du tout. Et il n’y a aucune agressivité entre les deux. Lire la suite