Skip to content

Certains peuvent croire peut-être que je néglige les oiseaux, occupé que je suis à d’autres manifestations

Pas du tout. Je les « soigne ». Ainsi dit-on dans les campagnes nourrir les oiseaux. Et je prends note à chaque jour où j’y suis de la présence de ceux que je peux identifier.

Voici dans l’ordre alphabétique ceux qui sont là en ce moment :

Bruant chanteur (abondant cette année, a niché)

Carouge à épaulettes (un ou deux, dont l’ingénieur)

Chardonneret jaune (oscille entre une poignée et 24 individus)

Colibri à gorge rubis (au moins deux, dont un mâle et une femelle)

Corneille d’Amérique

Geai bleu (un seul)

Merle d’Amérique (qui semble revenu après 4 ans d’absence)

Mésange à tête noire (une seule)

Paruline masquée (abondante, a niché)

Pic chevelu (a niché)

Pic mineur (a niché)

Roselin pourpré femelle

Roselin pourpré mâle

Sitelle à poitrine blanche (rare cependant)

Tourterelle triste

Tyra tritri (un ou deux)

Viréo aux yeux rouges (reprend son chant depuis le début de juin)

 

Sans compter qu’hier, de midi à 14 heures 30, sans arrêt, un hululement se faisait entendre. Toujours le même et sans arrêt, de trois coups en trois coups, constamment répété. Et ce n’est pas le cri de la Chouette rayée.

 

L’oiseau ci-haut est la Paruline masquée.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Gina Allard #

    Bonjour Cher M. Jean Provencher !
    Je vois clairement tes belles valeurs un bon bonhomme !!! avec respect de la nature, soutien à la faune et la flore chez toi un havre de paix, un vrai petit paradis ton refuge ! Grand bravo c’est clair que tu ne négliges pas les oiseaux !
    Je suis une Gapésienne née 1944 nous sommes deux enfants du même âge ! Comme j’ai grandi dans une colonie toujours besoin de me sentir chez moi avec un grand respect de la nature qui nous ébloui . Chez moi j’ai aménagé depuis plusieurs années un jardins pour la pollinisation, le bien-être des oiseaux un plaisir des yeux, et du cœur . Je médite en jardinant, je capte les moments magiques avec les plantes, les fleurs, les insectes, les oiseaux grenouilles, crapauds .. ravie de toute cette splendeur qui m’entoure quelle magie ! J’ai laissé la nature s’installer, très ouverte à l’idée que la mauvaise herbe n’est pas réellement mauvaise! Le terrain = fleurs sauvages pour butineuses de l’asclépiade, trèfle ,eupatoires verge d’or, chèvrefeuilles, fougères bourrache, achillée centaurée ++++un espace très diversifié un lieu où des vivaces indigènes nectarifères sont disponibles …qui attirent différentes espèces d’oiseaux, sittelles, pics bois, roselins ,orioles, cardinaux, parulines, mésanges, bruants à gorge blanches, jaseurs des cèdres ,mésanges bicolore colibris etc…. de papillons et d’insectes avec beaucoup de fleurs qui attirent les colibris+ nectar arbustes et des arbres indigènes qui produisent des petits fruits+ grands arbres comme refuge, bains d’eau ,bassin pour les oiseaux . Pas de gazon justes des sentiers de pierres des vivaces et des plantes indigènes qui poussent toutes seules alors que d’autres personnes les arracheraient comme mauvaises herbes ..arbres morts sont très précieux même couchés au sol . Je n’utilise aucun pesticide je fais du compost. Le jardin est tout un honneur surtout BONHEUR ! Paradis ))))… J’y suis depuis 1966 m’a permis de me rapprocher de la nature encore plus plus ++ et de mieux l’apprécier la nature ! La nature me passionne et j’aime en prendre soin il est très important de respecter la nature et tout ce qui vit. Je souhaite, prie et espère que plusieurs prendra goût à contribuer à la biodiversité chez lui et ainsi y trouver une grande source de bonheur avec la cohabitation des humains avec les oiseaux, les papillons, les abeilles … La préservation de la nature sauvage est très importante pour moi. Tristesse …On détruit tout, même le peu de boisés qui reste. C’est extrêmement déprimant !
    Je m’excuse pour la longueur de mon texte c’est un sujet …oufff…bla bla bla +++
    Gina Allard

    11 juillet 2020
  2. Jean Provencher #

    Bien chère Madame Gina Allard,

    Ne Vous excusez surtout pas de la longueur de votre texte. Il devrait plutôt être imprimé et distribué au plus grand nombre. Vous avez là tout à fait la vrai recette de la Vie, la vraie Vie, pas la vie approximative, la vraie. Là se trouve le vrai Bonheur, qui n’a absolument rien de factice, de faux espoir. Et là se trouve la Paix. Je ne cesse de le répéter à des amis.

    Nous vivons, tristement, je trouve, en des temps approximatifs, des temps mous, des temps à peu près et nous nous cherchons après avoir balancé plein de balises anciennes. Et voilà 200 ans, avec la notion dite de progrès, de rentabilité, que nous utilisons la Nature comme un vulgaire tapis où on s’essuie les pieds, plutôt que de vivre intimement avec elle, ce qui s’appelle la respecter, diable.

    Cette histoire de virus que nous vivons en ce moment origine exactement de ces croyances capitalistes. Ce qui donne que dans les villes maintenant nous nous promenons avec des masques. L’halloween à la journée longue de peur de mourir de ce que nous avons causé.

    Ouf !

    Bravo et merci beaucoup de votre propos !

    11 juillet 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS