Skip to content

Un papillon venu de la tourbière à canneberge tout à côté

Il s’agit du Boloria des tourbières (Boloria eunomia dawsoni, Fritillary Bog), abondant cette année. En France et en pays wallon, on parle du Nacré de la bistorte.

Selon le guide d’identification Les Papillons du Québec de Louis Handfield (Broquet, 2011, p. 171), il est commun en région 2 (qui inclut les Bois-Francs) dans des endroits localisés.

Habitat : Tourbières (à sphaigne) humides et acides à épinettes noires (Picea mariana) et endroits ouverts autour des tourbières.

Ses plantes-hôtes sont des variétés de Salix (le saule) et de renouées du genre Polygonium. Au Québec, les femelles pondent aussi sur des plants de Vaccinium oxycoccos (la canneberge à petits fruits). Tout s’explique donc : le voisin à l’ouest, la coopérative Ocean Spray, exploite depuis quelques années une grande tourbière à canneberge. Voilà donc sans doute la venue de mon papillon.

L’entomologiste Handfield écrit : Dans le sud du Québec, on le retrouve souvent dans de jeunes tourbières dont le centre n’est pas encore tapissé de matière organiques. Le papillon s’éloigne en général peu de son habitat typique, mais il lui arrive de s’en éloigner quelque peu pour butiner […].

Rappelez-vous qu’il y a trois ans, une chenille est venue provenant sans doute de la cannebergière, la Chenille zébrée.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS