Skip to content

La chanson «Un Canadien errant» aurait-elle dix couplets ?

equarissage du bois un

Voilà ce que laisse pourtant entendre le bi-hebdomadaire La Gazette de Joliette du 18 septembre 1883. Sans plus de commentaires, l’article signé J. A. Chagnon s’ouvre simplement sur ces mots : Le Travailleur de Worcester [Massachusetts], dans son numéro du 28 août dernier, publiait les vers suivants :

 

 

I

Un Canadien errant,

Regrettant ses foyers,

Parcourait en pleurant,

Des pays étrangers.

 

II

Un jour triste et pensif,

Assis au bord des flots,

Au courant fugitif,

Il adressait ces mots :

 

III

«Si tu vois mon pays,

Terre de mes aïeux,

Va dire à mes amis

Que je me souviens d’eux.

 

IV

Plongé dans les douleurs,

Loin de mes chers parents,

Je coule dans les pleurs,

D’infortunés moments.

 

V

«Puis-je vivre éloigné

Des amis de mon cœur !

Non, je te reverrai,

O terre de bonheur !

 

VI

«Plus que jamais j’ai foi,

Au pays généreux

Dont une juste loi

M’offre un retour heureux.»

 

VII

Aussitôt animé

Du plus noble dessein,

De son pays aimé

Il reprend le chemin.

 

VIII

Dans nos cantons si beaux,

Dans nos vastes forêts,

Bravant les durs travaux,

Il se fixe à jamais.

 

IX

Et là souvent, le soir,

Sa voix, comme aux beaux jours,

Redit ce chant d’espoir,

Chant d’espoir et d’amour :

 

X

«Oui, dans mon cher pays,

«J’ai voulu revenir,

«Au milieu des amis,

«Pour y vivre et mourir.»

 

Il faut se demander, bien sûr, si quelqu’un ici ne s’est pas permis d’ajouter quelques couplets à la version première d’Antoine Gérin-Lajoie, et de la modifier à l’occasion.

Tout en haut, une création magnifique du sculpteur Édouard McCann, de Québec, illustrant une scène en forêt que lui-même appelle Équarissage du bois.

Puis, dans les journaux d’hier, nous tentons de suivre à la trace cette chanson Un Canadien errant.

equarissage du bois deuxequarissage du bois troisequarissage du bois quatre

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Esther #

    Un peu étrange cette finale édulcorée pour lui donner un “happy ending”, ce qui n’était pas du tout l’habitude de l’époque où il était(presque toujours !) de bon ton que les événements tristes le demeurent. Sur tous les sites où j’ai fait recherche, après le couplet III, la finale se présente ainsi :

    “Ô jours si pleins d’appas
    Vous êtes disparus,
    Et ma patrie, hélas!
    Je ne la verrai plus!

    “Non, mais en expirant,
    Ô mon cher Canada!
    Mon regard languissant
    Vers toi se portera…”

    10 septembre 2014
  2. Jean Provencher #

    Ô, merci beaucoup, chère Vous. Il me semblait bien aussi que cette version avait été trafiquée. Il y avait anguille.

    10 septembre 2014

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS