Skip to content

Les érables coulent à Salaberry-de-Valleyfield !

Bien oui, depuis quelques jours maintenant, les érables ont commencé à couler à Salaberry-de-Valleyfield. Marie-Josée Bétournay du site Le Soleil de Salaberry-de-Valleyfield et Le Journal Saint-François nous l’annonce.

Bien sûr, à cause de nos semaines froides, nous ne battrons pas de records en ce domaine cette année. Il est arrivé que la coulée des érables fût plus hâtive.

La Tribune (Saint-Hyacinthe) du 3 mars 1899, par exemple, s’exclame «Du Sucre !»

Chose étonnante, à cette époque de l’année, les érables coulent ! À preuve le fait suivant :

Le 17 février, c’est-à-dire il y a précisément quinze jours aujourd’hui, M. Joseph Langlois, cultivateur de Varennes, entaillait ses érables, et ne demeurait pas surpris de leur voir «pleurer» la riche et bonne sève dont se régalent annuellement les Canadiens, petits et grands.

M. Langlois fit quelques «pains» de sucre qu’il livra à M. Jubinville, épicier de la rue Dorchester, à Montréal. M. Jubinville en fit l’analyse, et il fut constaté que ce sucre était bien naturel et qu’aucune matière étrangère n’altérait sa pureté !

Va sans dire que la vente s’est faite rapidement et qu’il ne reste plus une parcelle de cette denrée rarissime à cette saison-ci. Et dire que tout le monde est dans la jubilation lorsque les érables veulent bien laisser échapper quelques gouttes de leur précieuse liqueur, le 25 mars !

 

La Tribune reproduit ici un article du quotidien montréalais La Presse.

Cette photographie d’un sucrier portant ses seaux en bois d’eau d’érable, maintenus à son licou par des crochets et des cordes, fut prise vers 1910. Attribuée à Notman & Son, elle est déposée à Bibliothèque et Archives nationales du Québec dans le Vieux-Montréal, Fonds Famille Bourassa, Épreuves noir et blanc, Arts et traditions populaires, cote : P266, S3, SS3. P36

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Françoise Bourgault #

    La saison des sucres ici, à St-Léon-de-Standon, a débuté cette année beaucoup plus tôt que l’an dernier. Dès la fin de l’entaillage, les érables ont coulé abondamment jour et nuit nous laissant à peine le temps de souffler.

    C’est ce début en force qui est particulier et qu’on voit rarement. Le temps froid des derniers jours nous laisse un petit répit et le tout devrait revenir a la normale pour samedi de Pâques, selon les prévisions météo (plus ou moins fiables).

    La tradition orale veut que la semaine de Pâques soit la semaine la plus productive du printemps. Ce ne sera pas le cas en 2016. C’est vraiment dans le bois qu’on sent le plus les changements climatiques. Les érables sont très sensibles à ces variations de température et au fait que le sol soit plus ou moins gelé en mars-avril.

    Bonne saison des sucres à tous les “sucriers”!

    22 mars 2016
  2. Jean Provencher #

    Merci infiniment, chère Françoise, de nous donner ainsi l’heure juste en ce moment dans votre si beau pays appalachien ! J’aime savoir que les érables finalement seraient les plus parlants si on sait les observer, les connaître. Bien belle saison aussi à Vous ! Merci encore !

    Jean

    22 mars 2016

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS