Skip to content

J’allais oublier la corneille

 Je ne sais si vous vous souvenez, mais peut-être n’étiez-vous pas déjà des nôtres. Le 4 mars 2012, je disais qu’avant ma longue quête dans la presse québécoise de 1880 à 1910, jamais je n’aurais imaginé que, pour la population, la première manifestation du printemps est le retour de la corneille.

Et je vous rapportais des observations à Limoilou, Sorel, dans le quartier Montcalm et le faubourg Saint-Roch à Québec, ainsi qu’à Victoriaville.

Et je poursuis ma route. D’autres signalements se sont ajoutés depuis lors. On a la corneille à l’œil. Elle réjouit le cœur du monde. Voyez.

À Montréal, le 24 février 1885, La Patrie échappe fort simplement ces quelques mots : « Printemps. Plusieurs corneilles sont passées au-dessus de la ville hier. »

Deux jours plus tard, le 26 février 1892, à Saint-Hyacinthe, La Tribune y va d’un soupir de soulagement : « Est-ce le printemps ? Le ciel est revenu plus clément; la température est devenue plus douce. Les corneilles sont arrivées, et même les merles. Ce sont autant de signes d’un printemps hâtif. Depuis quelques jours du reste, la neige a beaucoup fondu. »

Le 2 mars 1891, Le Canadien, à Québec, est heureux d’annoncer : « On signale l’apparition des corneilles dans plusieurs campagnes des environs de la ville. D’après les remarques des anciens, le printemps suit de près les corneilles. »

Douze jours plus tard, la corneille est enfin rentrée à Québec. Le Canadien du 14 mars 1891 écrit : « Les corneilles ont fait leur apparition hier. C’est le printemps qui s’avance. »

Mais elles sont déjà à Waterloo. Le Journal de Waterloo, du 15 mars 1894, le mentionne : « Depuis plusieurs jours, les corneilles font entendre leurs croassements, toujours agréables à cette époque de l’année parce qu’elles nous annoncent le printemps. »

Le 18 mars 1894, le correspondant de La Patrie à Saint-Basile de Portneuf, malgré la présence de la corneille, constate avec dépit que mars est bien froid. « Les corneilles n’ont fait leur apparition que cette semaine, et par la température que nous avons, elles ont dû trouver qu’elles avaient une bien froide réception. »

Selon La Tribune de Saint-Hyacinthe, du 19 mars 1897, les Maskoutains sont joyeux. « Un des signes sensibles de la venue du printemps, les corneilles, nous est arrivé depuis quelques jours. Le printemps est toujours si bien accueilli, après les durs mois de l’hiver, que la corneille nous réjouit à cette saison. »

Il en va de même à Lévis. Le Soleil du 22 mars 1909 le dit : « C’est le printemps. Le vent et le soleil ont commencé à ronger nos arpents de neige au point que, malgré le froid, les pointes des clôtures commencent déjà à se dessiner au milieu de tout ce blanc, offrant des perchoirs aux petites pattes des corneilles comme naguère le nez de Cyrano, car les corneilles ont fait leur apparition dans notre ciel clair et en entendant croasser les noires messagères, nous nous sommes dit : c’est le printemps. »

Mais à Sainte-Julie de Somerset [aujourd’hui Laurierville], selon L’Écho des Bois-Francs du 23 mars 1901, on se demande si le printemps va finir par arriver : « Nous sommes rendus au milieu de mars et nous n’avons pas d’autres indices du printemps que l’apparition de quelques rares corneilles. Le froid se maintient. Aurons-nous une récolte de sucre d’érable ? Oui, mais tout porte à croire que vu l’abondance de neige elle sera pénible. Si la neige fond rapidement, nous aurons de fortes inondations, et par suite de sérieux accidents. »

Ah, misère de misère. Mais toujours la corneille au cœur de la vie ! J’aime beaucoup.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Nicole Richer #

    Bonjour,

    Je suis jalouse de votre photo. Mes Corneilles sont très farouches, elles s’envolent au moindre mouvement.

    Depuis le mois d’octobre et malgré le froid tenace de cet hiver, j’ai le privilege d’accueillir un couple de Corneille sous mes mangeoires. Comme les Corneilles forment des couples pour la vie, je vois rarement l’une sans l’autre. Durant que l’une est au sol, l’autre n’est pas très loin dans les arbres. Par contre, elles ne se rendent jamais au bain chauffant contrairement aux autres oiseaux.

    Parmis les Moineaux, Chardonnerets, Geais bleu, Tourterelles triste et Bruants Hudsonien, les Corneilles se sentent bien chez-elle. On mentionne que les corneilles ont une grande mémoire donc lorsque c’est possible, je leur tiens un brin de jasette.

    Je suis heureuse de faire partie de leur vie et de leur rendre l’hiver moins difficile.

    Au plaisir.

    NR

    16 mars 2014
  2. Jean Provencher #

    Vous me faites tellement plaisir, chère Vous, en me disant que Vous prenez plaisir à vos corneilles. Bravo de les accompagner ! Et si elles arrivent à mémoriser certains de vos mots, signalez-le nous, je Vous en prie. J’aime tant les corneilles.

    16 mars 2014
  3. Esther #

    Ah, ces chères corneilles… Depuis ma tendre enfance elles marquent la venue prochaine du printemps… Les premières arrivées jeudi dernier ont aussitôt visité le bac de compost “hivernal”… Cadeau d’anniversaire sans égal ! :-)

    16 mars 2014
  4. Jean Provencher #

    Merci, chère Esther.

    17 mars 2014

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS