Skip to content

Un 5 octobre

Les couleurs de ce jour en 1900.

Un peu avant, un peu après.

La saison de crosse se termine maintenant à Québec. « Le dernière joute de crosse de la saison a lieu cet après-midi sur le terrain du QAAA entre les Ottawa et les Québec. » Le Quotidien de Lévis, 5 octobre 1894.

Oups, à Lévis, monsieur Michaud a perdu sa vache. « Une vache à poil cendrée a été perdue 6 p.m. hier. S’adresser à Olivier Michaud, entrepreneur, rue de l’Hospice, Lévis.» Le Quotidien de Lévis, 5 octobre 1894

À Montréal, manifestement, certaines aires de stationnement pour chevaux devraient être nettoyées plus souvent. « Nous parlions hier de l’état affreux de nos rues; aujourd’hui nous devons mentionner spécialement les endroits où stationnent les voitures de place. Dans certains de ces endroits, comme par exemple au coin des rues St-Laurent et Craig, il n’y a pas moins d’un demi pied de fumier mélangé de purin. De ce cloaque infecte, se dégagent des gaz nauséabonds qui font détourner la tête ou se boucher le nez aux nombreux piétons qui sont obligés de passer à cet endroit. Toutes les stations de voitures sont à peu près dans le même état, et le public alarmé se demande ce qui va résulter de cet état de choses. Le Dr Laberge, à qui nous parlions ce matin, croit que toutes les stations de voitures devraient être pavées en asphalte et arrosées régulièrement ou d’une solution de sulfate de fer ou d’un peu d’eau de chaux. Mais cela ne peut se faire immédiatement. En attendant, il nous semble que la ville devrait faire quelque chose pour nettoyer un peu les écuries d’Augias. » La Patrie, 5 octobre 1898.

À Saint-Henri, la municipalité met à l’abri sa provision de charbon pour l’hiver. « On a commencé ce matin à recevoir l’approvisionnement de charbon pour l’hiver à l’hôtel de ville. Vingt-six charretiers sont à l’œuvre et finiront leur travail aujourd’hui. » La Patrie, 5 octobre 1898.

À Montréal toujours, a lieu l’exposition de la Société d’agriculture du comté d’Hochelaga qui réunit 542 exposants. On présente au public visiteur 69 chevaux, 26 bêtes à cornes Ayrshires, 36 bêtes à cornes classe mêlée, 8 moutons, 7 cochons, 5 produits de laiterie et 381 grains. Le concours de labour, lui, aura lieu le 26 octobre sur la ferme de William Leney, de la Longue Pointe. La Patrie, 5 octobre 1898.

À Québec, on va se divertir maintenant pour un temps à l’intérieur; place au théâtre et au patinage à roulettes. « La saison des sports extérieurs est maintenant terminée jusqu’à ce qu’il ait suffisamment tombé de neige pour nous permettre de chausser la raquette. D’ici là, on pourra cependant s’amuser tout de même. Les théâtres vont ouvrir et le patinoir à roulettes rue Tessier, Saint-Sauveur aussi. Jeunes gens et fillettes vont s’en donner à cœur joie au son de l’excellent orchestre engagé pour la saison, sur le patin qui roule et roule. » Le Soleil, 5 octobre 1900.

À Montréal, la ville n’est vraiment pas pressée pour exiger des automobilistes l’achat de permis. « Jusqu’à date, il a été accordé, à l’hôtel de ville, 46 permis pour automobiles de luxe et 5 permis pour les omnibus de la Auto Car Company, qui font le service entre Montréal et St-Lambert. […] Il est démontré que le chiffre des permis ne représente pas le nombre exact des automobiles à Montréal; mais, pour cette année, les autorités ont cru devoir user de tolérance, quitte à se reprendre l’année prochaine. » La Presse, 5 octobre 1904.

Tiens, de la visite à Verdun. « Une troupe de nomades vient de planter ses tentes à Verdun. […] Malgré le voisinage peu désirable de cette troupe de “Gypsies”, c’est tout de même un spectacle intéressant que de voir leur installation. Très pittoresques aussi le costume aux couleurs vives des femmes; leurs habitudes primitives. […] Ce sont, à leur dire, des Brésiliens. Les hommes n’offrent rien de particulier. Les femmes, par contre, sont le vrai type de la bohémienne, robe d’étoffe voyante retenue à la ceinture par un cordon; un châle aux couleurs vives recouvre les épaules. Les cheveux sont noirs, divisés en deux bandeaux, terminés par des nattes auxquelles sont attachées des pièces d’un dollar mexicain. » La Presse, 5 octobre 1904.

Et on se souvient de la jeune Eva Gagnon, 17 ans, première personne à être victime de l’automobile dans les rues de Québec. Le Soleil, 5 octobre 1908.

 

Le mouton ci-haut est une création de Normand Simard, sculpteur des Éboulements, dans la région de Charlevoix.

P. S. Je sors d’une entrevue avec une belle personne, journaliste, qui me demandait si octobre en 1900, par exemple, était bien différent d’aujourd’hui, si des traditions d’alors s’étaient maintenues. Vraiment, il y en a peu. Tout de même, l’appréciation par une majorité de la population de la première partie de l’automne, celle toute en couleurs, demeure toujours.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS