Skip to content

Des nouvelles des Îles-de-la-Madeleine

Voilà que, le 30 septembre 1899, l’Écho des Bois-Francs donne un bilan de la saison aux Îles-de-la-Madeleine, dans le golfe du Saint-Laurent.

On écrit que la pêche de la morue et du maquereau, dans toute la région des îles de la Madeleine, a été, cette année, très abondante. Celle du maquereau surtout a donné grande satisfaction à la population des îles.

La prospérité semble en conséquence renaître dans ces îles, où la pauvreté et la misère ont souvent élu domicile, surtout quand la pêche manquait, comme cela est arrivé fréquemment depuis quelques années.

Mais, à quelque chose, parfois, malheur est bon. Les habitants des îles de la Madeleine ont ainsi appris qu’il ne leur fallait pas compter exclusivement sur la pêche pour vivre, et ils se sont en conséquence mis à cultiver la terre. Il y a maintenant, sur les différentes îles, des fermes très prospères, où le foin, l’avoine, la pomme de terre et certains légumes sont en abondance. La récolte de cette année est particulièrement belle.

 

Cette photographie de Pierre Pouliot, magnifique, prise à Pointe Basse, aux Îles-de-la-Madeleine, et remontant à une quarantaine d’années, provient du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche du Gouvernement du Québec.

8 commentaires Publier un commentaire
  1. Mildred #

    …Parle plus bas car on pourrait bien nous entendre…

    29 septembre 2012
  2. Jean Provencher #

    Aux Îles, on aimait beaucoup, semble-t-il, chère Vous, cette si belle chanson, que ma mère adorait et nous servait souvent : Lysandre ou Ça fait peur aux oiseaux. «Aimez-moi sans me le dire… Aimez-moi sans me le dire… À quoi bon tous ces grands mots… Calmez ce brûlant délire… » On lui demandait même de la reprendre lorsque ça faisait un moment qu’elle ne l’avait pas échappée.

    Une beauté.

    29 septembre 2012
  3. Mildred #

    Cher Vous,
    j’avais un ami qui animait une station de radio de Québec dans les années 80 et qui chaque samedi matin avant de me rejoindre à midi, diffusait cette merveilleuse ballade que j’aimais trop….
    ” ” ” …Ne parlez pas tant Lisandre
    Quand nous tendons nos filets
    Les oiseaux vont vous entendre
    Et s´enfuiront des bosquets
    Aimez-moi sans me le dire
    A quoi bon tous ces grands mots?
    Calmez ce bruyant délire
    Car ça fait peur aux oiseaux
    Calmez ce bruyant délire
    Car ça fait peur aux oiseaux
    Bon! Vous m´appelez cruelle
    Vraiment vous perdez l´esprit
    Vous me croyez infidèle…
    Ne faites pas tant de bruit
    Quoi! vous parlez de vous pendre
    Aux branches de ces ormeaux!…
    Mais vous savez bien, Lisandre
    Que ça f´rait peur aux oiseaux
    Mais vous savez bien, Lisandre
    Que ça f´rait peur aux oiseaux
    Vous tenez ma main Lisandre
    Comment puis-je vous aider?
    Il faudrait, à vous entendre
    Vous accorder un baiser
    Ah! prenez-en deux bien vite
    Oui, prenez-en deux bien vite
    Et retournez aux pipeaux
    Mieux vaut en finir de suite
    Car ça fait peur aux oiseaux …
    … … …
    Comment votre mère connaissait-elle cette ballade dis-te-moi?

    3 octobre 2012
  4. Jean Provencher #

    Je ne sais, chère Vous, où ma mère avait attrapé cette belle chanson. Mais je sais qu’elle faisait partie de son bagage de chansons qu’elle nous transmettait. Vous avez tant raison, quelle belle chanson !

    3 octobre 2012
  5. Mildred #

    Mais , Cher Vous, pour moi il en a toujours été de cette ballade-ci ; le lac Majeur, Suisse – Italie ;la chanson ressemble au paysage; une fenêtre qui donne sur le lac…c’était très beau,mon fils avait cinq ans , mon amant était Turc ,j’avais 35 ans , j’étais aussi Suisse ;et le bateau de cinq heure existe réellement; c’est celui qui nous ramène au continent…et c’est beau même en hivers …on croît que cette chanson est triste mais il n’en est rien; le lac est tellement beau qu’on oublie le bonheur…c’est cucu mais j’aime …

    LE LAC MAJEUR
    – Mort Shuman

    Il nei-ge sur le lac ma-jeur

    Les oi-seaux-lyre sont en pleurs
    Et le pauvre vin italien

    S’est habillé de paille pour rien

    Des enfants crient de bonheur

    Et ils répandent la terreur
    En glissades et bombardement
    C’est de leurs age et de leurs temps
    J’ai tout oublié du bonheur
    Il neige sur le lac majeur
    J’ai tout oublié du bonheur
    Il neige sur le lac majeur

    Voilà de nouveaux gladiateurs
    Et on dit que le cirque meurt,
    Et le pauvre sang italien
    Coule beaucoup et pour rien….

    Il neige sur le lac majeur
    les oiseaux lyre sont en pleurs,
    J’entends comme un moteur,
    C’est le bateau de cinq heures.

    J’ai tout oublier du bonheur,
    Il neige sur le lac majeur,
    J’ai tout oublier du bonheur,
    Il neige sur le lac majeur.

    3 octobre 2012
  6. Jean Provencher #

    Merci, chère Vous, de ce témoignage bien dépaysant. J’aimerais voir un jour neiger sur le lac Majeur.

    4 octobre 2012
  7. Mildred #

    Cher Vous, j’avais presque fait le tour de la terre sans jamais me rendre aux Ïles de la Madeleine avant les années 2000. Ce fut une semaine formidable chez l’habitant y ayant noué des amitiers éternels, ils sont comme ça les gens des ïles. Souvent au détour d’une chance je dis “”le bon dieu est bon”” sauf que je suis agnostique (c’était le leitmotiv de marraine).

    5 octobre 2012
  8. Jean Provencher #

    C’est en effet un fort beau pays, chère Vous. Peuplé de gens absolument accueillants. Moi-même aussi, j’ai beaucoup aimé.

    5 octobre 2012

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS