Skip to content

Articles de la catégorie ‘Le vieil âge’

Le vieux conteur

Sur ces chantiers voisins, tout fleuris de copeaux,

Quelque vieux loup de mer qui meuble son repos

Nous explique le jeu des cordes et des toiles, Lire la suite

Du poète Francis Jammes, 1897

J’écris dans un vieux kiosque…

 

 J’écris dans un vieux kiosque si touffu

qu’il en est humide et, comme un Chinois,

j’écoute l’eau du bassin et la voix

d’un oiseau — là près de la chute (chutt!!)

 d’eau. Je vais allumer ma pipe. Lire la suite

Saint-Césaire, vous avez un héros (troisième de trois billets)

Retrouvons Antoine Gagné, dit Bellavance, 104 ans, qui confiait au reporter de La Patrie qu’il n’avait jamais été un grand buveur d’alcool, bien au contraire. L’homme à la mémoire infaillible répond aux questions du journaliste.

« Et le tabac, M. Gagné ?
Lire la suite

Saint-Césaire, vous avez un héros (second de trois billets)

Nous revoici à Saint-Césaire, conversant avec monsieur Antoine Gagné, dit Bellavance, 104 ans. Il nous disait hier que Dieu a probablement oublié de venir le chercher. Le journaliste lui demande s’il a souvenir de la révolte des Patriotes de 1837.

« Oui je m’en rappelle bien, fait le vénérable vieux. On n’était pas nombreux à Saint-Césaire dans le temps et je pouvais avoir 35 ans. Lire la suite

Saint-Césaire, vous avez un héros (premier de trois billets)

En avez-vous encore souvenance ? Lire la suite

L’historien Benjamin Sulte raconte l’hiver québécois aux Français de France (second de trois billets)

Retour à ce texte d’abord publié à Paris dans la Revue du Monde latin. Nous voilà bien en hiver, Sulte a lancé le propos. Et il est heureux, il se fait vendeur.

À mesure que la neige tombe, la circulation des voitures la plombe sur les routes. Elle forme une couche ferme, où les traîneaux courent avec une facilité incroyable. Dans les champs, elle reste molle. Lire la suite

Une histoire bien étonnante à Saint-Adolphe d’Howard

Pendant 30 ans, Honoré Paquette a vécu dans la forêt, ne disant jamais un mot à personne, sauf pour acheter ce qu’il lui était nécessaire. Lire la suite

Puisqu’il faut bien accepter que notre banque de jours de vie s’écoule

Voici une bien vieille hespérie, si vieille qu’ayant échappé ses couleurs, tendant à devenir uniforme, on n’arrive plus à lui donner un nom. Lire la suite

La fin du jour venue

Souvent, dans les écrits anciens, on devient lyrique. Lire la suite

Hommage à la corneille

Du poète et dessinateur montréalais Albert Ferland (1872-1943).  À travers ses mille et un métiers pour gagner sa vie, il mena une double vie, d’écrivain et d’artiste. Lire la suite