Skip to content

Articles de la catégorie ‘Le vent’

Montréal étouffe !

Pour la première fois depuis cinq jours, le thermomètre est descendu plus bas que 80, il s‘est maintenu au maximum de 78,6. […]

Et ce qui rendait plus insupportable cette atmosphère, c’est que pas un vent, pas un souffle, ne s’est élevé de l’après-midi ou de la soirée. Lire la suite

Quelle histoire ! Ça brûle partout !

Et la ville de Montréal en voit les effets.

Vers 1 heure hier après-midi, un brouillard jaune sale descendit sur la ville et la campagne, noyant tout dans son opacité ouateuse.
Lire la suite

Il y a des mois de mai dont on se souviendra longtemps

Le printemps de 1907 tient à conserver le record du froid. Lire la suite

« La Fileuse »

Jean Charbonneau (1875-1960), poète dramaturge et essayiste, a joué un rôle majeur dans le monde des lettres québécois à la fin du 19e siècle et au 20e siècle. J’ai tant cherché une anthologie de ses principaux textes, mais toujours ai fait chou blanc. Aucun bouquiniste n’a pu me dire que ça existait. Et sans doute que ce poète ne courait pas les journaux et les journalistes. Lire la suite

Toujours, le temps qu’il fait monopolise les conversations

En 1903, voilà des jours et des jours sans pluie. Certains sont heureux, d’autres, pas du tout.

Cette température idéale fait la joie des citadins, des oisifs, des promeneurs et promeneuses qui ont de nouvelles toilettes fraîches et élégantes à lancer, à étaler. Le gaz, la tulle et les toiles transparentes sont à l’ordre du jour dans le monde féminin, tandis que chez le sexe pas beau, les chemisettes (shirt-waists) dont on a tant parlé, il n’y a pas cent ans, sont sur le point d’envahir l’asphalte. […] Lire la suite

Que la condition de têtard est exigeante !

Une mare est une étendue d’eau de faible surface et de peu de profondeur alimentée seulement par la neige fondue et la pluie. Lire la suite

Voilà le temps de mettre en place vos abreuvoirs à colibri et vos nichoirs

Au sujet des nichoirs, le naturaliste qui me conseille, Jean-François, me dit de toujours placer l’ouverture en direction du soleil levant, en direction sud-est. Pour protéger l’entrée des vents dominants au Québec, le norouè et le nordet. Lire la suite

À placer dans le fichier sur l’histoire du vent

Cette fois-ci, dans la région de Joliette.

Le vent terrible qui sévissait, avant-hier, a repris cette nuit avec un surcroît d’intensité. La poussière s’élevait partout et plusieurs toits de maison ont été soulevés par la force du vent.
Lire la suite

Et qu’en est-il à Québec ?

Oh ! cette semaine, ma chronique ne sera pas bien drôle ! Lire la suite

Une autre pièce à verser au dossier d’une histoire québécoise du vent

Qui aurait dit que le vent froid soufflant du nord-est, le plus souvent en hiver, qui faisait expier les vieux péchés des habitants de la vallée du Saint-Laurent, n’était plus le même au lac Saint-Jean ? C’est pourtant bien ce qu’affirme l’abbé François Pilote.

Ce n’est pas tout d’avoir un sol fertile, il faut un bon climat. Celui du lac Saint-Jean, au dire de tous ceux qui y ont demeuré, est égal sinon supérieur à celui de Québec ; plusieurs même le comparent à celui de Montréal. Le lac Saint-Jean est pourtant à 30 lieues au nord de Québec. […] Lire la suite