Skip to content

«Le 2 novembre»

Pour novembre, le mois des morts, L’Étoile du Nord (Joliette) du 8 novembre 1884 propose ce poème non signé.

J’allais par le sentier de mousse,
J’allais, c’était la nuit des morts,
Et les vents devenus moins forts
Laissaient parler la cloche douce;
Je m’arrêtai, car j’entendis
Au détour même de l’allée,
Une voix tremblante et voilée
Qui murmurait : De profundis

Clamavi ad te Domine, Domine exaudi vocem meam.

Quelle est cette voix ? Je frissonne;
Mon œil cherche de toutes parts,
Mais rien ne s’offre à mes regards :
J’ai beau me détourner, — personne !
Je repris ma route en rêvant,
Le sein plus froid, le front plus blême,
Et mes deux lèvres d’elles-mêmes
Prononçaient le verset suivant :

Fiant aures tuae intendentes in vocem deprecianionis meae.

J’achève, et la voix continue
Par les mots qui viennent après :
Me voilà donc en marchant auprès
D’une voyageuse inconnue;
Quand la voix sourde finissait
Sur un ton que je ne peux rendre,
Ma voix se hâtait de reprendre
Le psaume à son autre verset.

Et puis, à travers le feuillage,
Je voyais une étoile d’or,
Dont le regard plus doux encore
Semblait caresser mon visage.
C’était dans l’espace éternel,
Le seul rayon qui vint à l’âme,
La seule pure et blanche flamme
Qui peuplât les déserts du ciel.

Personne au sentier solitaire :
Le vent seul y soufflait parfois,
Et la chevelure de bois
Flottait avec grâce et mystère;
Les halliers étaient pleins d’effroi,
Comme ils le sont durant l’automne :
Personne dans les champs, personne
Que ce qui parlait près de moi.

Et tout en gravissant la côte,
Le psaume avançait vers sa fin;
Et je frissonnais en chemin,
Car la voix devenait plus haute :
Et par delà les bois touffus
Qu’une brise légère penche,
J’apercevais l’étoile blanche
Qui scintillait de plus en plus.

Enfin, au bout de la clairière,
À l’endroit même où les ormeaux
Sont plus dépouillés de rameaux,
J’arrive à la strophe dernière;
C’était près d’un tertre jauni :
La strophe est à peine achevée,
Qu’un cri part : «Ah, je suis sauvée !
«Mon rédempteur, soyez béni !»

Et tout rentra dans le silence,
Les hommes comme les esprits :
Et moi, dans mon cœur je compris
Que c’était une âme en souffrance.
Je m’éloignai, mes pas moins lourds
Ne faisaient plus sonner la terre;
J’allais disant une prière,
Et la cloche tintait toujours.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS

Current day month ye@r *