Skip to content

Et je fus soudain un peu triste

Il me fallait enlever les deux abreuvoirs d’oiseaux pour les ranger dans mon grand bâtiment, car, avec le rafraîchissement, la glace a maintenant tendance à se former. J’ai attrapé le premier et l’ai rentré. Soulevant le pied du second, je découvre qu’Isia Isabella, roulée en boule, avait trouvé, sur un bloc de bois qui sert à équilibrer l’abreuvoir, le meilleur endroit pour passer l’hiver.

Isia dormait profondément déjà. J’ai doucement pris le bloc de bois, l’ai apporté à l’étable pour le poser délicatement sur le plancher et le recouvrir du pied de l’abreuvoir. Je souhaite que ma chenille fasse là, dans l’étable, toujours sur son bloc, de bien beaux rêves de chenille.

 

 

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS

Current ye@r *